Les ministres envisagent un avenir prometteur pour les secteurs des pêches et de l’aquaculture

Montréal (Québec), 1 février 2008 – Lors de la réunion du Conseil des ministres des pêches et de l’aquaculture de l’Atlantique (CMPAA) qui s’est tenue le 1 février, les ministres ont discuté de leur objectif commun d’assurer la durabilité et la rentabilité des secteurs des pêches et de l’aquaculture et de les voir se tailler une place concurrentielle sur la scène internationale. La réunion était coprésidée par l’honorable Loyola Hearn, ministre fédéral des Pêches et des Océans, l’honorable Rick Doucet, ministre des Pêches du Nouveau-Brunswick et l’honorable Ron Ouellette, ministre de l’Agriculture et de l’Aquaculture du Nouveau-Brunswick.

« Je suis heureux que nous ayons pu débattre de nos priorités communes avant le début de la prochaine saison des pêches », a déclaré le ministre Hearn. « Nous avons le devoir de trouver des solutions modernes et innovatrices aux défis de durabilité auxquels sont confrontées toutes nos pêches. »

« Le ministre Ouellette et moi-même sommes heureux d’agir à titre de coprésidents du Conseil en 2008, a déclaré le ministre Doucet, et nous avons hâte de travailler avec nos collègues au soutien à long terme de la durabilité des secteurs des pêches et de l’aquaculture. »

« L’amélioration de ces secteurs est essentielle pour le Nouveau-Brunswick, qui cherche à atteindre son objectif d’autosuffisance », a affirmé le ministre Ouellette. « En tant que région, nous devons continuellement explorer de nouvelles façons de travailler en collaboration pour être concurrentiels sur le marché mondial. »

Lors de la dernière réunion du CMPAA, en novembre, les ministres avaient constitué un groupe de travail fédéral-provincial-territorial sur la commercialisation. Ce groupe, dirigé par la province du Québec, est formé de spécialistes de la gestion et de la commercialisation du poisson qui évaluent les possibilités de commercialisation stratégique des produits de la mer de l’Atlantique. Un représentant de la délégation du Québec a tracé, à l’intention des ministres, un aperçu du travail accompli jusqu’à présent et présenté le plan de travail des prochains mois ainsi que les mesures à prendre dans l’immédiat.

Les ministres ont discuté des négociations en cours avec l’Organisation mondiale du commerce (OMC), qui portent notamment sur les subventions aux pêches. Les ministres ont réitéré l’importance de ces subventions, ainsi que l’importance du partage de l’information et de la surveillance, à mesure que les négociations progressent.

Les ministres ont également pris connaissance de moyens qui pourraient être utilisés pour impliquer davantage les participants à la Stratégie de la mer à la table afin d’améliorer l’utilisation durable de la ressource, ainsi que la compétitivité et la viabilité économique à long terme de l’industrie des produits de la mer. Les ministres sont convaincus que cette approche de gestion plus globale permettra au Canada de se tailler une place plus large sur le marché mondial des produits de la mer.

De plus, les ministres ont convenu que la viabilité économique des collectivités côtières du Canada exige que l’on porte attention au poisson sauvage et au poisson d’élevage d’une façon intégrée.

Sur le plan de l’aquaculture, les ministres provinciaux étaient d’accord avec leur homologue fédéral pour dire qu’ils doivent poursuivre les travaux de collaboration en vue d’améliorer les initiatives de coopération qui répondent aux objectifs de développement de chaque compétence. Il faut déployer des efforts pour augmenter la compétitivité du secteur de l’aquaculture du Canada atlantique.

Les ministres ont évoqué leur prochaine mission au Chili, notamment les possibilités de collaboration avec le gouvernement, le milieu universitaire et les producteurs chiliens. Les ministres sont d’avis qu’en resserrant la collaboration avec des pays aux vues similaires, comme le Chili, il sera possible de créer des avantages stratégiques importants dont bénéficieront les producteurs canadiens.

Après une présentation sur l’industrie canadienne de la chasse au phoque, les ministres se sont tous dits d’accord pour promouvoir et soutenir une chasse durable. Tous les ministres se sont engagés à s’unir pour défendre cette importante industrie, et ce, à l’échelle tant nationale qu’internationale. L’industrie de la chasse au phoque continue de fournir d’importants avantages économiques aux citoyens des régions rurales du Canada atlantique et du Nord canadien.

On a présenté aux ministres un aperçu du Programme canadien de contrôle de la salubrité des mollusques (PCCSM). Le gouvernement du Canada s’est engagé à collaborer avec l’industrie, les gouvernements provinciaux et les autres intervenants à l’amélioration de l’efficacité du PCCSM.

Le ministre Hearn a ensuite remercié ses collègues de leur appui aux démarches entreprises par son gouvernement pour moderniser la Loi sur les pêches, qui remonte à 140 ans. Il en a aussi profité pour faire le point sur le projet de loi et répondre aux questions de ses collègues.

« La viabilité économique sera mieux servie avec une nouvelle Loi sur les pêches qui préconise l’établissement de cadres de conservation clairs et de processus ouverts et transparents », a réitéré le ministre Hearn.

Le CMPAA est formé des ministres des Pêches et de l’Aquaculture des provinces de l’Atlantique, du Québec, du Nunavut et du gouvernement fédéral. La prochaine réunion du CMPAA se tiendra en septembre au Nouveau-Brunswick.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Pêches et Océans Canada
http://www.dfo-mpo.gc.ca/

Commentaires