Loblaws a connu un fort trimestre et se dit confiant pour les mois à venir

Toronto (ONtario), 1er mai 2002 – Le bénéfice net par action du premier trimestre de 2002 a augmenté de 35 % pour s’établir à 46 cents contre 34 cents l’exercice précédent. Compte
tenu de l’ajustement pour la cessation des charges au titre des écarts
d’acquisition, le bénéfice net par action a augmenté de 8 cents, soit de 21 %.
Le bénéfice net par action des douze derniers mois, compte non tenu des

charges au titre des écarts d’acquisition, s’est accru, atteignant 2,28 $, par
rapport à 1,93 $ pour la même période à la fin du premier trimestre de 2001.

Le chiffre d’affaires du premier trimestre a augmenté de 9 % par rapport
à l’exercice précédent pour atteindre 5,0 milliards de dollars. Une forte
croissance du chiffre d’affaires s’est manifestée pour toutes les bannières
d’un bout à l’autre du pays et le chiffre d’affaires des magasins comparables
pour le trimestre s’est accru de plus de 5 %. L’inflation du prix des aliments
est demeurée faible, bien que les catégories des fruits et légumes frais et de
la viande aient fait l’objet de hausses des coûts pendant le trimestre. Au
cours du premier trimestre de 2002, 14 nouveaux magasins détenus par la
société et magasins franchisés (6 en 2001) ont été ouverts, augmentant ainsi
la superficie nette de détail de plus de 1 %.

Le bénéfice d’exploitation (le bénéfice avant intérêts, impôts et charges
au titre des écarts d’acquisition) a augmenté de 30 millions de dollars, soit
de 15 %, s’établissant à 234 millions de dollars. Compte non tenu de la charge
nette de 7 millions de dollars se rapportant à la mise en oeuvre en 2002 de la
nouvelle norme comptable canadienne relative à la rémunération et autres
paiements à base d’actions, le bénéfice d’exploitation s’est accru de 18 % par
rapport à 2001. La marge d’exploitation (le bénéfice d’exploitation divisé par
le chiffre d’affaires) s’est améliorée pour atteindre 4,7 % par rapport à
4,5 % en 2001, alors que la marge commerciale (le bénéfice d’exploitation
avant l’amortissement corporel, divisé par le chiffre d’affaires) s’est
améliorée pour atteindre 6,3 % par rapport à 6,0 % en 2001. Les marges
d’exploitation continuent de s’accroître en raison du chiffre d’affaires plus

élevé, de la gestion d’un meilleur assortiment de produits et de l’application
continue de mesures visant à contrôler les coûts et à réaliser des économies
d’exploitation.

Les intérêts débiteurs ont baissé de 11 %, se situant à 34 millions de
dollars en 2002, en raison d’une baisse des taux d’emprunt, partiellement
compensée par des emprunts moyens nets supérieurs. La couverture des intérêts
(le bénéfice d’exploitation divisé par les intérêts débiteurs) s’est
améliorée, s’établissant à 6,9 fois pour le trimestre, par rapport à 5,4 fois
pour la période comparable de l’exercice précédent. Le taux d’imposition
effectif a diminué, passant à 37 % en 2002, conformément aux réductions des
taux d’imposition fédéral et provinciaux canadiens et en raison de l’incidence
de la juste valeur des contrats à terme de capitaux propres.

La situation financière de la société et sa capacité de générer des
liquidités demeurent solides. Le ratio de la dette sur les capitaux propres,
soit 0,86:1 à la fin du premier trimestre de 2002, était comparable à celui du
premier trimestre de 2001. L’investissement cyclique du fonds de roulement
dans les stocks, déduction faite des créditeurs, entraîne généralement une
augmentation du ratio de la dette sur les capitaux propres à la fin du premier
trimestre par rapport à la fin de l’exercice. Ce ratio devrait s’améliorer
pendant le reste de l’exercice, conformément à la tendance des exercices
précédents.

La société s’est engagée à maintenir et à renouveler sa base d’actifs et
à investir en vue d’assurer sa croissance à l’échelle du Canada, comme en
témoigne son investissement de 175 millions de dollars au cours du premier
trimestre. Les dépenses en immobilisations prévues pour 2002 demeurent à
environ 1,1 milliard de dollars.

Les flux de trésorerie liés à l’exploitation, compte non tenu de
l’investissement cyclique du fonds de roulement au premier trimestre, se sont
améliorés, passant à 219 millions de dollars, par rapport à 178 millions de
dollars en 2001, en raison de l’augmentation du bénéfice. On s’attend à ce que
les flux de trésorerie liés à l’exploitation financent la majorité du
programme de dépenses en immobilisations prévues.

Au cours du premier trimestre de 2002, la société a émis 200 millions de
dollars de billets à moyen terme 6,85 %, échéant en 2032. Après la fin du
premier trimestre de 2002, la société a remboursé 61 millions de dollars de
ses débentures série 8, 10 %.

Tel qu’il est indiqué dans le rapport annuel 2001 de la société, au
premier trimestre de 2002, la société a mis en oeuvre deux nouvelles normes
comptables canadiennes, soit le chapitre 3870 intitulé « Rémunérations et
autres paiements à base d’actions » et le chapitre 3062 intitulé « Ecarts
d’acquisition et autres actifs incorporels ». L’effet de l’application du
chapitre 3870 a été une réduction cumulative des bénéfices non répartis
consolidés de 25 millions de dollars, déduction faite d’impôts futurs à
récupérer de 23 millions de dollars et de l’incidence de la juste valeur des
contrats à terme de capitaux propres, et une charge nette de 7 millions de
dollars dans l’état consolidé des résultats de 2002 représentant le coût au
premier trimestre des options d’achat d’actions de la société en cours.

Au cours du trimestre, la société a renouvelé son offre publique de
rachat dans le cours normal des activités dans le but d’acquérir à la Bourse
de Toronto, ou de conclure des contrats à terme de capitaux propres dans le
but d’acquérir, jusqu’à 13 812 635 de ses actions ordinaires, soit
approximativement 5 % des actions ordinaires en circulation. Conformément aux
règles et règlements de la Bourse de Toronto, la société pourra racheter ses
actions au cours du marché à la date d’acquisition.

Perspectives

Les taux de croissance du chiffre d’affaires et du bénéfice devraient
demeurer fermes pour le reste de l’exercice, étant étayés par un bilan solide,
des flux de trésorerie appréciables et la poursuite du programme de dépenses
en immobilisations.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Loblaws Companies Limited

http://www.loblaw.com/

Commentaires