L’OMC impose une « camisole de force » à ceux qui disent NON aux OGM selon Greenpeace

Montréal (Québec), 21 juillet 2003 – Au quartier général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), des militants Greenpeace ont remplacé l’insigne de l’OMC (en anglais le WTO) par ceci : World Transgenic Order (Ordre transgénique mondial). Ils dénoncent la promotion parl’OMC des intérêts des transnationales de la biotechnologie. L’Organe derèglement des différends (ORD) de l’OMC devait se réunir aujourd’hui pourdiscuter de la plainte des Etats-Unis contre le moratoire de fait de l’Unioneuropéenne (UE) sur les OGM. (1)

Des militants Greenpeace, costumés en « Oncle Sam », ont passé descamisoles de force à d’autres militants représentant les consommateurs. Puis,ils ont déversé du mais transgénique sur eux, étouffant leur droit de dire NONaux OGM.

« Une fois de plus, l’OMC agit en faveur d’intérêts corporatifs ensoutenant l’industrie étasunienne de la biotechnologie qui veut gaver lesconsommateurs d’aliments transgéniques, qu’ils refusent. De plus, elle combatdes réglementations légitimes avec des menaces de sanctions commerciales.C’est une erreur de plus de la part d’une organisation qui souffre déjà d’unmanque de légitimité aux yeux de l’opinion publique », a expliqué YannickJadot, directeur des campagnes de Greenpeace France.

« Les Etats-Unis ont déposé leur plainte à l’OMC en juin 2003 (2), avantla 50e ratification du Protocole sur le biosécurité (3) ; il est permis depenser que c’est la vraie raison de cette plainte. Avec ce protocole, lamajorité des Etats reconnaissent le principe de précaution et acquièrent ledroit de réglementer, et si nécessaire d’interdire, les OGM parce qu’ilspeuvent constituer une menace pour l’environnement et la santé publique. Ceprotocole n’a pas été ratifié par le Canada qui calque ses politiques surcelles de nos voisins du sud », explique Eric Darier, responsable de lacampagne OGM pour Greenpeace à Montréal. « Greenpeace continuera son oppositionlors de la réunion ministérielle de l’OMC qui aura lieu à Montréal du 28 au 30juillet prochain ».

« L’OMC ne doit pas être autorisée à imposer son propre ordreinternational et saper des accords essentiels pris sous l’égide des NationsUnies, ni des politiques et des lois environnementales nationales etinternationales », déclare Zeina AlHajj, de la campagne sur le commerceinternational pour Greenpeace Internationale.

Notes:
(1) L’ORD de l’OMC siège une fois par mois à Genève et son ordre du jourpour le 21.07.2003 devrait inclure la plainte des Etats-unis puisquel’échéance de 60 jours après le dépot de la plainte (le 13 mai dernier) estpassée.
(2) La plainte des Etats-Unis est soutenue par l’Argentine et le Canadaqui sont engagés dans des consultations avec l’UE. L’Australie, le Brésil, leChili, la Colombie, l’Inde, le Mexique et la Nouvelle-Zélande sont des tiercesparties à cette plainte. Dans une lettre de Son Excellence Suleiman Awaad,ambassadeur d’Egypte auprès de l’UE, à Monsieur Jim Murray, directeur del’European Consumers Organisation à Bruxelles (Belgique), l’Egypte a retirésont soutien initial « en reconnaissant la nécessité de maintenir uneprotection appropriée et efficace des consommateurs et de l’environnement, etavec le désir de réduire d’autres distorsions et entraves au commerceinternational qui pourraient résulter du fait que ces sujets continuent d’êtretraités à l’OMC. »
(3) Le Protocole de Carthagène sur la biosécurité est le premier accordinternational légalement contraignant en matière d’OGM. L’archipel Palaos(Océanie) est le 50e Etat à l’avoir ratifié, le 13 juin 2003. Le protocoleentrera en vigueur le 11 septembre 2003.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Greenpeace Canada
http://www.greenpeacecanada.org/

Commentaires