Maïs-grain sous paillis de plastique

Au Témiscaming, dans le nord-est de l’Ontario, des producteurs ont trouvé un moyen de produire du maïs-grain avec des rendements comparables à ceux obtenus dans le sud de la province.

Quatre producteurs de cette région voisine de l’Abitibi-Témiscamingue ont mis à l’essai cette année une technologie irlandaise pour cultiver du maïs-grain sous paillis de plastique biodégradable.

Comme le rapporte le journal franco-ontarien d’agriculture Agricom, quelque 240 hectares de maïs-grain ont été ensemencés autour du village d’Earlton à l’aide d’un semoir à maïs à six rangs qui déroule une mince pellicule de plastique perforée.

Les résultats sont convaincants : 9 tonnes à l’hectare!

Depuis une dizaine d’années, la culture du maïs-ensilage s’est répandue dans cette région, mais malgré les changements climatiques, les unités thermiques sont encore trop faibles pour y cultiver du maïs-grain sans courir le risque qu’il n’arrive pas à maturité.

Les essais de maïs-grain sous paillis de plastique suscitent beaucoup d’intérêt chez les producteurs laitiers de la région, qui rêvent de ne plus avoir à faire venir du maïs du sud de la province pour nourrir leurs vaches.

Le paillis de plastique retient la chaleur dans le sol, de sorte que quand les températures chutent sous zéro au printemps, le gel n’y pénètre pas. Il retient aussi l’humidité, ce qui a été fort utile en cet été très sec.

Le coût supplémentaire pour utiliser les paillis est plutôt élevé : 370 $/ha. Certains producteurs estiment qu’il en vaut la peine, étant donné les frais de séchage élevés lorsque le maïs est cultivé sans paillis et le prix élevé du maïs qu’ils doivent acheter pour leurs vaches.

Lire l’article dans Agricom

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires