Manifestation des producteurs de bovins à Québec

Québec (Québec), 30 octobre 2003 – Plus de 4000 producteurs de bovins venus de partout au Québec se sont massés devant le Parlement de Québec afin de dénoncer l’aide gouvernementale insuffisante dans la crise qui les affecte durement depuis le 20 mai dernier. Les milliers de producteurs exaspérés pressent le gouvernement du Québec d’intervenir rapidement en ajoutant les fonds nécessaires pour faire face aux énormes pertes qu’ils subissent depuis plus de cinq mois.

C’est un véritable cortège de camions d’animaux, identifiés à chacune des fédérations régionales de l’Union des producteurs agricoles (UPA), et de producteurs agricoles qui a défilé depuis le Musée du Québec jusqu’à l’Assemblée Nationale. Dès le début de la journée, des producteurs agricoles ont dressé des lignes de piquetage devant les bureaux du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec.

Arrivés devant le Parlement, les producteurs ont réitéré leurs demandes d’aide et ont profité de l’occasion pour offrir en cadeau 27 vaches, une pour chaque membre du Conseil des ministres, rappelant ainsi qu’ils n’ont plus les moyens de nourrir leurs bovins en raison de la crise actuelle qui s’éternise et de l’inaction des gouvernements.

« Aujourd’hui, la Fédération compte 27 nouveaux producteurs qui devront, à leur tour, nourrir et soigner leur vache pour n’en retirer qu’un prix dérisoire. Ces nouveaux « producteurs-ministres » seront maintenant à même de constater la dure réalité des producteurs et de prendre les décisions politiques qui s’imposent pour sauvegarder la production bovine québécoise qui, si rien n’est fait, est sérieusement mise en péril», de déclarer M. Michel Dessureault, président de la Fédération des producteurs de bovins du Québec.

M. Dessureault a rappelé que les producteurs étaient tout à fait réalistes et raisonnables dans leurs demandes d’aide. En effet, la FPBQ réclame une aide de 30 millions de dollars, bien que l’ensemble des pertes pour le secteur bovin québécois soit évalué à 52 millions de dollars pour la période du 1er septembre au 31 décembre 2003. Le programme de 10 millions de dollars annoncé le 15 octobre dernier par la Ministre de l’Agricultre, Mme Françoise Gauthier, s’avère donc nettement insuffisant et beaucoup trop loin des besoins des producteurs, laissant notamment en plan le secteur des bovins de réforme durement touché, lui aussi, par la crise.

« C’est d’un véritable programme d’aide dont nous avons besoin, pas de promesses ni de demi-mesures », d’affirmer le président de la Fédération. « Tout ce que nous avons entendu jusqu’à maintenant n’a rien pour rassurer un grand nombre de producteurs au bord de la faillite. Quatre provinces canadiennes ont déjà mis en place des programmes d’aide pour le secteur des bouvillons d’abattage et deux d’entre elles, l’Alberta et le Manitoba, offrent une aide spéciale pour les producteurs de bovins de réforme, secteur complètement oublié par Québec », d’ajouter M. Dessureault.

« Nous avons été plus que patients depuis le 20 mai dernier, de déplorer M. Laurent Pellerin, président de l’UPA. Nous sommes ici aujourd’hui pour faire débloquer l’impasse. S’il n’y a pas d’aide nouvelle dégagée pour les producteurs qui sont au bout du rouleau, ce sont maintenant nos fermes que nous devrons donner !»

Rappelons que, encore près de 60 % du commerce dans le secteur bovin est toujours sous embargo et que la crise est loin d’être finie. Ce qui fait dire au président de l’UPA que la manifestation d’aujourd’hui n’est qu’une étape et que les producteurs ne baisseront pas les bras. « Nous avons déjà rencontré de nombreux députés. Aujourd’hui, nous avons donné des vaches aux ministres. Et ça ne s’arrêtera pas là. Les élus de Québec et d’Ottawa nous trouveront sur leur chemin tant et aussi longtemps que les producteurs ne pourront pas compter sur un véritable programme d’aide qui couvrira tous les secteurs de la production bovine (abattage, engraissement et reproduction) et ce, jusqu’à ce que les frontières soient totalement ouvertes et que les prix auront retrouvé leurs cours normaux », de conclure M. Laurent Pellerin.

Don à Moisson Québec
Aux termes de la manifestation, M. Dessureault a remis à Moisson Québec, au nom de tous les producteurs de bovins du Québec, un généreux don de 2 200 livres (une tonne) de viande de boeuf haché. Moisson Québec, importante banque alimentaire de la Capitale, s’assurera de distribuer cette tonne de viande de boeuf pour en faire bénéficier les gens dans le besoin de la région de Québec. Alors que les producteurs subissent d’énormes pertes et que les prix de vente sont au plus bas, les producteurs ont choisi, en guise de geste symbolique, de donner leur viande aux personnes les plus démunies de la société.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération des producteurs de bovins du Québec (FPBQ)
http://www.bovin.qc.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires