Marché des grains: Repli de groupe

Les grains ont terminé la semaine avec des pertes, le blé affichant même son niveau le plus bas en deux semaines. Il s’agit d’un net repli après les gains de la semaine précédente où le soya et le maïs avait grimpé à leur niveau le plus élevé en six mois.

Les grains s’étaient appréciés précédemment en raison des pluies abondantes en Argentine qui avaient semées des craintes sur les récoltes de soya et de maïs. Les conditions se sont toutefois nettement améliorées atténuant ainsi les prévisions pessimistes. Les conditions continuent pour leur part sous de bons auspices au Brésil.

Le sujet de la semaine a toutefois été les tensions commerciales entre les États-Unis et le Mexique.

Le blé a reculé à son niveau le plus bas depuis le 17 janvier avec presque 4% de moins qu’il y a deux semaines, lorsque le gouvernement américain avait annoncé une forte baisse des semis de blé d’hiver. Les réserves mondiales de blé pèsent toujours sur les prix et les empêchent de remonter, selon un analyste de Ag Watch Advisors. Les exportations ont également été décevantes avec un recul des expéditions de 32% au cours des quatre dernières semaines, a ajouté l’analyste.

Les tensions entre le Mexique et les États-Unis ont aussi alimenté les pertes du blé, ainsi que celles du maïs, puisque le voisin au Sud de la frontière est un important importateur de grains. Le président Trump a renouvelé son intention de construire un mur entre les États-Unis et le Mexique en le finançant au besoin d’une taxe de 20% sur les marchandises provenant du Mexique. Une rencontre entre les dirigeants des deux pays a été annulée. Selon Reuters, le Mexique a été le principal acheteur de maïs américain pour l’année de commercialisation 2015-2016, et le deuxième acheteur de blé pour la même période.

Le président américain a aussi indiqué le retrait des États-Unis de l’accord transpacifique. Certains craignent maintenant que les pays acheteurs de grains se procurent ailleurs leurs denrées, surtout en ce qui concerne le blé. Les intentions de revoir l’ALENA avec les partenaires mexicains et canadiens alimentent aussi l’incertitude.

Le boisseau de maïs pour mars, le contrat le plus échangé, a reculé de 2% à 3,6250 $US, contre 3,6975 $US vendredi dernier.

Le boisseau de blé pour mars, lui aussi le plus actif, a perdu 1,8% pour terminer à 4,2050 $US par rapport à 4,2825 $US une semaine plus tôt.

Le boisseau de soya pour mars a terminé à 10,4925 $US, une perte de 1,7% comparativement à 10,6750 $US la semaine précédente.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires