Mieux connaitre les producteurs agricoles pour mieux intervenir

Saint-Georges (Québec), 12 novembre 2008 – Réunis à l’Agence de la santé et des services sociaux à Sainte-Marie, les 3,4 et 5 novembre, 50 intervenantes et intervenants issus du réseau de la santé et des services sociaux et des organismes communautaires des territoires de la Beauce, des Etchemins, du Grand Littoral et de Thetford, ont été sensibilisés aux problématiques particulières auxquelles sont confrontées quotidiennement les producteurs et productrices agricoles, ainsi qu’aux stratégies d’intervention à adopter afin de mieux les rejoindre.

Qui sont les producteurs agricoles ? Quels sont les défis et les changements vécus au cours des dernières années? Pourquoi ne consultent-ils pas ou peu ? Comment mieux adapter nos interventions ? Voilà autant de questions, auxquelles a répondu la conférencière invitée, Mme Pierrette Desrosiers, M.PS, conseillère en ressources humaines agréée, co-propriétaire d’une ferme laitière et psychologue du travail. « Une connaissance de base du vécu des agriculteurs et des agricultrices est un facteur déterminant de réussite des intervention auprès d’eux, soutient madame Desrosiers. »

La formation avait comme objectif de mieux connaitre la clientèle agricole, afin de mieux la rejoindre et mieux adapter les stratégies d’intervention. Elle comportait entre autres des études de cas, discussions de groupe, démonstration d’interventions et réflexions sur la pratique. Cette initiative est l’une parmi tant d’autres activités, faisant partie du plan d’action concertée, qui interpelle particulièrement les partenaires concernés en Chaudière-Appalaches , soit Partage au masculin, ressource d’entraide aux hommes, la Fédération de l’UPA de la Beauce, les Centres de santé et de services sociaux de Beauce, des Etchemins et du Grand Littoral.

M. Guy Dubé, directeur de Partage au Masculin et coordonnateur du plan d’action a notamment mentionné que « cette formation est un pas dans la bonne direction afin de mieux accueillir dans nos services de santé et de services sociaux les personnes vivant de l’agriculture et de pouvoir contribuer efficacement au soulagement du stress de la détresse psychologique pouvant les atteindre.»

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération de l’UPA de la Beauce
http://www.upabeauce.qc.ca/

Commentaires