Mouvements de l’encaisse des entreprises agricoles en 2007

Ottawa (Ontario), 14 janvier 2009 – Les revenus en espèces des entreprises agricoles canadiennes ont augmenté pour se chiffrer à 9,0 milliards de dollars en 2007, en hausse de 1,4 milliard de dollars (+18,8 %) par rapport à 2006. La hausse des prix des céréales et des oléagineux a amplement compensé les augmentations des coûts d’exploitation. Entre-temps, de nombreux éleveurs ont été durement touchés par la baisse des prix, laquelle découlait de l’appréciation du dollar canadien, ainsi que par l’augmentation des coûts des aliments pour animaux. La reprise observée en 2007 fait suite à des baisses enregistrées en 2005 et en 2006. Il s’agit du niveau le plus élevé atteint depuis 2002.

Toutes les provinces ont enregistré des hausses des revenus en espèces, à l’exception de l’Île-du-Prince-Édouard, de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick. Cet écart s’explique en grande partie par la vaste gamme de cultures et de bétail produits à l’échelle du Canada. Les revenus en espèces ont régressé dans la plupart des provinces de l’Atlantique, les producteurs ayant été confrontés à de fortes hausses des coûts d’exploitation et à des reculs des recettes liées aux pommes de terre, aux porcs et aux veaux.

Les liquidités dont disposaient les producteurs par le biais des emprunts ont crû en 2007, entraînant une augmentation nette de 1,7 milliard de dollars de la dette en cours. Il s’agit d’une 14e augmentation annuelle consécutive de la dette en cours.

Le montant de liquidités disponibles pour les placements ou les retraits (les revenus en espèces plus la variation nette de la dette en cours) a augmenté de 14,9 % pour se situer à 10,7 milliards de dollars en 2007. Cette hausse fait suite à deux reculs annuels consécutifs.

Le ratio de la dette en cours par rapport aux revenus en espèces a diminué pour se situer à 5,2 en 2007, par rapport à 5,9 en 2006. Ce ratio indique le fardeau de la dette agricole sur les revenus en espèces agricoles. Le sommet de 6,0 a été atteint en 2003, et le creux record de 2,7 a été atteint en 1989.

Les estimations des mouvements de l’encaisse des entreprises agricoles et des autres données contenues dans la collection Statistiques économiques agricoles ont été modifiées en fonction des données du Recensement de l’agriculture de 2006.

Nota : Cette série n’englobe pas les données sur l’amortissement, lesquelles sont offertes dans la publication Dépenses d’exploitation agricoles et frais d’amortissement : statistiques économiques agricoles (21-012-XWF, gratuite).

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/francais/search/index_f.htm

Commentaires