Niveau de dangerosité extrême pour la province

La SOPFEU, la Société de protection des forêts contre le feu, a lancé un avertissement ainsi qu’un appel à la prudence. Depuis le début du printemps, un nombre d’incendies beaucoup plus élevé qu’à l’habitude a été enregistré, malgré une interdiction de faire des feux à ciel ouvert pour une bonne partie du territoire québécois. Les conditions météorologiques actuelles entraînent un danger d’incendie atteignant le niveau «extrême» sur une majorité du territoire québécois.

Depuis le début de la saison de protection, 315 incendies ont été allumés et 100 % d’entre eux sont imputables à l’activité humaine. Les incendies font rage dans plusieurs régions du Québec, dont la Mauricie, les Laurentides, le Saguenay et la Gaspésie.  Depuis le début de l’année 500,4 hectares (ha) de forêt ont brulé. En moyenne, la SOPFEU enregistre à cette période de l’année, 134 incendies pour 1751,8 ha de forêt touchée.

Les conditions actuelles sont propices aux feux de forêt, rappelle la SOPFEU. Les feux de nettoyage deviennent rapidement hors de contrôle lors du nettoyage printanier des terrains. L’organisme indique que plus de la moitié des incendies survenus depuis le début du printemps ont été causés par la perte de contrôle d’un brûlage de rebuts ou de matières résiduelles faits par des résidents.

La situation des prochains jours est encore plus préoccupante puisque les prévisions météorologiques vont maintenir les conditions propices à l’éclosion d’incendies. Des températures élevées, l’absence de précipitations et des taux d’humidité très bas favoriseront l’éclosion d’incendies au cours des prochains jours.

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires