10 Étapes simples pour éviter un incendie dans un bâtiment d’élevage

Une bonne préparation peut sauver vos bâtiments

Même si les incendies d’étables sont peu nombreux, lorsqu’ils arrivent, les pertes peuvent se chiffrer en millions de dollars. Voilà pourquoi il vaut mieux se préparer.

«Les gens ne comprennent parfois pas l’impact de ces événements sur les familles, les communautés et les secteurs», explique Dan Carlow, expert en incendies dans les bâtiments de ferme au ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario (MAAARO).

Dans le but de réduire le nombre de ces incendies, un comité consultatif a rencontré les producteurs pour savoir ce qui pouvait être fait pour réduire les risques.

Articles connexes

«Cela a conduit le ministère et le comité consultatif (dont les membres proviennent de plusieurs industries) à mettre au point les meilleures pratiques de gestion en matière de prévention des incendies d’étables. L’initiative semble déjà avoir un impact», explique Dan Carlow.

Attention!

Les pannes électriques sont de loin le principal responsable des incendies dans les bâtiments d’élevage.

Selon le Bureau du commissaire aux incendies de l’Alberta, des défaillances mécaniques ou matérielles auraient été à l’origine de la moitié des 106 incendies dans des bâtiments d’élevage entre 2014 et 2018 qui ont fait l’objet d’une enquête et dont la cause pouvait être déterminée. L’erreur humaine impliquant le soudage, le fumage de matériaux et la mise en place de sources de chaleur étaient la deuxième avec 31 cas vérifiés.

Les bâtiments d’élevage actuels ont tendance à comporter beaucoup plus de composantes électriques, ce qui augmente le risque d’incendie électrique. L’une des choses les plus importantes que les producteurs devraient faire est de limiter l’utilisation d’équipements électriques temporaires (c’est-à-dire d’équipements non câblés). «Parfois, les gens installent un nouvel équipement, le branchent, s’éloignent et n’y pensent plus», explique Dan Carlow.

Ne pas sous-estimer le ménage

De plus, le bâtiment doit être propre et bien rangé. Cela réduit les risques. Cela comprend l’élimination de l’encombrement et le maintien de la litière, du foin et des autres combustibles à au moins trois mètres des systèmes électriques. Il est également recommandé d’utiliser régulièrement de l’air comprimé pour éliminer la poussière et les débris des ventilateurs, des vis à grain et autres moteurs. Savoir où stocker les matières combustibles est également essentiel. Ils doivent être à l’écart des animaux.

«Le problème de l’entretien est un réel problème», explique Dan Carlow. «Les agriculteurs sont vraiment occupés. Ils ont beaucoup de choses à emporter et travaillent de longues heures. Mais si nous leur disions de faire une chose, c’est de passer un peu plus de temps et de nous assurer que ces articles d’entretien sont pris en charge. »

Faire certains travaux à l’extérieur

Le soudage à l’arc, la coupe au chalumeau et le meulage sont des causes courantes d’incendies et sont particulièrement dangereux dans les bâtiments de ferme contenant des matières combustibles ou des gaz de fumier.

Le meilleur plan d’action? Ne menez pas ces activités dans une grange.

Avoir un plan de sécurité

La fiche technique intitulée «Dix façons de réduire les risques d’incendie dans un bâtiment d’élevage» couvre de nombreux éléments, dont l’inspection des systèmes électriques, l’environnement moins toxique, les murs et séparations coupe-feu, les systèmes de chauffage et la réduction des risques liés aux équipements motorisés.

Mais la meilleure façon de prendre en compte ces mesures de sécurité et d’autres consiste à établir un plan de sécurité-incendie, qui résume les moyens de réduire les risques et les moyens d’intervenir, le cas échéant.

Cela inclurait les pratiques ci-dessus; les calendriers d’entretien et d’inspection; et les contacts (services d’incendie, police, groupes de producteurs, opérateurs d’équipement lourd et autres organisations pertinentes).

Les inspections des systèmes électriques sont également essentielles.

«Nous encourageons vivement les agriculteurs à faire appel chaque année à un électricien agréé pour procéder à une inspection», explique Dan Carlow.

Les compagnies d’assurance exigent parfois des inspections annuelles, mais même si vous n’avez pas à le faire, faites-le quand même, a-t-il déclaré.

«Les fermes qui en font régulièrement réduisent considérablement leurs risques.”

10 conseils

Les 10 conseils du MAAARO sont présentés dans une fiche sur le site web du ministère. Ils comportent beaucoup plus de renseignements sur le sujet.

  1. Veillez à la bonne tenue des locaux
  2. Limiter l’utilisation des appareils électriques à connexion provisoire
  3. Inspecter et entretenir régulièrement les installations électriques permanentes
  4. Effectuer les travaux à haute température de manière sécuritaire
  5. Participer à une évaluation des mesures de réduction des risques avec les services d’assurances ou d’incendies
  6. Préparer et mettre en œuvre un plan de sécurité en cas d’incendie
  7. Inspecter et entretenir régulièrement les murs coupe-feu, les séparations coupe-feu et les coupe-feu situés dans le grenier
  8. Entretenir régulièrement les appareils de chauffage
  9. Entreposer et entretenir la machinerie à l’écart des animaux d’élevage
  10. Entreposer les matières inflammables dans un endroit désigné à l’écart des animaux d’élevage

Source : ManitobaCooperator.ca et MAAARO

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires