Ligne de temps

Belvallée : une étable conçue pour l’agrandissement

La nouvelle étable de la Ferme Belvallée est un nouveau concept qui gagne en popularité au Québec. Visite de la ferme.

Ce qui frappe l’imaginaire en regardant l’étable de la ferme Belvallée, de Saint-Marc-sur-Richelieu, c’est le sens du toit. Il est dans le sens contraire de ce qu’on est habitué. « Ce qui est spécial dans l’étable, c’est le toit, explique le producteur laitier Martin Lavallée. C’est conçu pour être simple et économique lors de l’expansion. » L’autre particularité de l’étable, c’est sa conception intérieure qui minimise la main d’œuvre.

Expansion

« Ce qui nous a motivé, c’est que nous n’avions plus de possibilité d’expansion », explique Isabelle Marcoux, conjointe de Martin Lavallée. La nouvelle étable a été construite dans un champ. Elle contient quatre robots de traite, mais le concept est prévu pour 12. Le nouveau site loge aussi l’entreposage à fumier et l’entreposage pour les aliments.

L’étable loge actuellement 160 vaches en lactation, mais elle a 220 places réparties sur six rangées, en plus de l’espace pour le vêlage, les taries et les taures. L’étable mesure 260 pieds par 183. Les ventilateurs sont installés sur toute la longueur de l’étable. L’air traverse l’étable pour ressortir de l’autre côté. Les vaches sont couchées dans le sens du vent.

Les vaches sont couchées dans le sens du vent. Les ventilateurs sont alignées sur toute la longueur de l’étable.
photo: Marie-Josée Parent

Ce modèle d’étable est prévu pour être agrandi par l’ajout de quatre robots à la fois. Le mur de ballons pour l’entrée d’air se trouve alors déplacé. Les ventilateurs sont prévus pour une étable de 12 robots. L’avenir, ça va dépendre de l’accessibilité du quota.

Martin et Isabelle ont trois enfants qui travaillent avec eux : Raphaël, Noémie et Benjamin. L’intérêt de plus en plus marqué des enfants a motivé les parents. « Nos enfants sont inspirés et inspirants », dit Isabelle Marcoux.

Raphaël, Benjamin, Martin Lavallée et Isabelle Marcoux, ainsi que Gijs Scholman, vice-président ventes et René Tanis, responsable du développement du réseau de distribution, pour Lely.
photo: Marie-Josée Parent

Facilité du travail

L’autre particularité de l’étable est la facilité du travail. Tous les robots sont regroupés dans une seule cabane, deux robots par groupe de vaches. De plus, la longueur des rangées est fixe. Ça ne changera pas, même avec un agrandissement de l’étable.

Le travail dans l’étable est fait par un employé, Martin et ses deux garçons. À eux quatre, ils totalisent 70 heures de travail à l’étable par semaine.

La cabane à robots est conçue pour quatre robots. Tout est centralisé pour faciliter le travail.
photo: Marie-Josée Parent

Peu d’étables au Québec

« Il y a actuellement trois étables construites de cette façon et en fonction au Québec », explique l’ingénieur Samuel Leduc de Consultants Lemay & Choinière. « D’autres s’en viennent. La longueur est fixée. Ensuite, les agrandissements se font par bloc. La ventilation est toujours transversale par rapport aux vaches. »

Ce concept est prévu pour un agrandissement pour quatre robots à la fois, mais il serait aussi possible d’agrandir de deux robots. Ce modèle d’étable est populaire dans les grands troupeaux aux États-Unis.

Informations sur la ferme

Nombre total de vaches : 180

Nombre moyen de vaches en lait : 152

Lait moyen par vache par jour : 38,5 kg

Résultats techniques

Kilos de lait produit par vache (moyenne annuelle) : 1,51 kg

Kilos de protéines produits par vache (moyenne annuelle) : 1,26 kg

Efficience alimentaire : 1,63

% 1erveau (depuis avril 2018) : 53%

% de vaches gestantes à 150 jours en lait : 82%

Taux de gestation : 28,5%

Intervalle entre deux vêlages : 392 jours

Jours moyens de tarissement : 60 jours

Cultures

Blé : 135 acres

Maïs : 420 acres

Soya : 530 acres

Les taures, les vaches taries et les vaches fraîchement vêlées sont logées le long des ventilateurs.
photo: Marie-Josée Parent

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires