Nouvelles mesures pour encourager les producteurs agricoles à poursuivre leur virage vert

Québec (Québec), 29 avril 2008 – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches et du Centre-du-Québec et député de Frontenac, M. Laurent Lessard, et la ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs et députée de Bourassa-Sauvé, Mme Line Beauchamp, annoncent de nouvelles mesures pour encourager les producteurs agricoles à poursuivre leur « virage vert » en matière de qualité de l’eau et de réduction des gaz à effet de serre. Ces mesures viennent bonifier le programme Prime-Vert.

« Les producteurs agricoles contribuent déjà à la protection de l’environnement et à la préservation de nos ressources et, tout comme nous, ils souhaitent poursuivre leurs démarches. L’aide financière que nous annonçons aujourd’hui permettra de soutenir les efforts déjà réalisés et ainsi de répondre aux attentes des citoyens. Le respect de notre environnement et la préservation de nos ressources sont des priorités tant pour le MAPAQ que pour le monde agricole québécois », a déclaré le ministre Lessard.

« Les producteurs agricoles peuvent développer des façons de faire qui réduisent l’impact de leurs activités sur l’environnement. En bonifiant le programme Prime-Vert, le gouvernement vient appuyer davantage leurs efforts visant à améliorer la qualité de l’eau et à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre », a indiqué Mme Beauchamp.

Améliorer la qualité de l’eau
Dès l’année 2008, le programme Prime-Vert mettra à la disposition des exploitations agricoles une aide financière bonifiée de 16,4 millions de dollars afin d’intensifier leurs actions en vue de préserver ou d’améliorer la qualité de l’eau en milieu agricole, tout en élargissant la gamme des mesures existantes. Cette aide couvrira jusqu’à 90 % des coûts rattachés à la mise en ouvre des mesures de lutte contre la pollution diffuse d’origine agricole qui auront été recommandées à la suite de diagnostics (voir la liste des mesures en annexe). Précisons qu’en vertu du Cadre stratégique pour l’agriculture, Agriculture et Agroalimentaire Canada poursuivra sa participation financière au programme Prime-Vert, notamment pour les volets ayant trait à la réduction de la pollution diffuse.

Ces nouvelles mesures permettront également au secteur agricole de contribuer à la vaste démarche gouvernementale de lutte contre la prolifération des algues bleu-vert dans les lacs et les cours d’eau du Québec. Rappelons que le gouvernement du Québec a annoncé, en septembre 2007, un plan d’intervention de 200 millions de dollars échelonné sur une période de 10 ans ayant pour objet de résoudre ce problème à la grandeur du territoire québécois. Le volet agricole de ce plan compte sur une enveloppe de 145 millions de dollars. Comme d’autres secteurs d’activité, l’agriculture fera sa part en améliorant ses façons de faire.

Le plan d’intervention gouvernemental propose un accompagnement professionnel et une aide financière bonifiée, au bénéfice des exploitations agricoles; ces éléments profiteront à toutes les entreprises, mais de façon prioritaire au cours des trois prochaines années à celles qui exercent des activités dans les bassins versants touchés par les algues bleu-vert. En outre, les bassins versants agricoles à l’égard desquels le gouvernement agit déjà avec ses partenaires de l’Union des producteurs agricoles, d’Agriculture et d’Agroalimentaire Canada et de la Fondation de la faune profiteront également des nouvelles mesures. L’ensemble des exploitations agricoles situées dans les zones d’intervention prioritaires se verront offrir une aide technique pour trouver les solutions les plus susceptibles d’améliorer la qualité de l’eau par le renforcement des mesures de lutte contre l’érosion; notamment, en s’appuyant sur des diagnostics précis, des conseillers agricoles proposeront des correctifs appropriés pour régler les problèmes propres à chaque établissement.

Réduire les gaz à effet de serre
En ce qui concerne les gaz à effet de serre (GES), les nouvelles mesures inscrites dans le programme Prime-Vert permettront de donner suite à l’engagement du Ministère rattaché au plan d’action gouvernemental 2006-2012 sur les changements climatiques. Un budget de 24 millions de dollars sur 6 ans est prévu par le gouvernement du Québec pour aider le secteur agricole à réduire ses émissions de GES de 300 kilotonnes de CO2 équivalent et valoriser la biomasse agricole. Outre la réduction des émissions de GES, ces nouvelles mesures procureront également d’autres bénéfices environnementaux appréciables, entre autres choses sur le plan de la réduction des inconvénients liés aux odeurs provenant des activités agricoles.

« La réduction des émissions de gaz à effet de serre comme l’amélioration de la qualité de l’eau représentent des défis stimulants qui appellent à la mobilisation de tous. Loin de constituer une contrainte additionnelle pour le monde agricole, de tels défis comportent des occasions d’économie d’énergie, de réduction des problèmes environnementaux et de développement de nouvelles filières énergétiques telles que les biogaz, les biocarburants et les biocombustibles », a ajouté la ministre Beauchamp.

Les exploitations agricoles auront accès à de nouvelles aides financières pour implanter des technologies permettant de réduire leurs émissions de GES (voir la description des mesures en annexe). Ces mesures viseront aussi de nouvelles clientèles traditionnellement moins intéressées par le programme Prime-Vert; mentionnons à ce titre les producteurs en serre et les acériculteurs.

« Que ce soit l’atteinte des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, la lutte contre les algues bleu-vert ou l’amélioration de la qualité de l’eau, tous ces éléments forcent le milieu agricole et le MAPAQ à assumer le leadership souhaité afin d’améliorer les pratiques agricoles. L’annonce d’aujourd’hui fait appel à tout le secteur. Je les invite donc à poursuivre dans cette attitude responsable quant à la préservation de la ressource », a conclu le ministre Lessard »

On peut consulter le document La fierté d’en vivre, le plaisir de s’en nourrir : une vision gouvernementale d’avenir pour l’agriculture et l’agroalimentaire québécois ainsi que le programme Prime-Vert dans le site Internet du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.

Mesures du plan d’amélioration de la qualité de l’eau :

  • Diagnostics globaux et spécialisés en agroenvironnement à la ferme;
  • Mesures de lutte contre l’érosion par l’aménagement d’ouvrages de conservation des sols, en zones riveraine et non riveraine;
  • Implantation de bandes riveraines herbacées permanentes au-delà des exigences de la Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables;
  • Implantation de bandes riveraines arborescentes ou arbustives de cinq mètres ou plus si cela fait partie d’une recommandation du diagnostic spécialisé;
  • Aménagement de haies brise-vent;
  • Culture de couvre-sols d’hiver;
  • Retrait permanent de cultures annuelles des zones à risques élevés établies dans les diagnostics spécialisés;
  • Introduction de pratiques de conservation des sols et de l’eau.

Mesure de réduction des gaz à effet de serre :

  • Installation de toitures étanches sur les ouvrages de stockage des lisiers pour capter le biogaz;
  • Remplacement de systèmes de chauffage fonctionnant à base d’énergie fossile par des systèmes utilisant la biomasse ou la géothermie pour chauffer des serres ou des bâtiments d’élevage;
  • Remplacement d’évaporateurs acéricoles fonctionnant à base d’énergie fossile par des équipements utilisant la biomasse;
  • Valorisation énergétique de biomasses résiduelles d’origine agricole (fumiers et autres résidus);
  • Information et sensibilisation des productrices et des producteurs agricoles quant aux aspects technologiques, environnementaux, sociaux et économiques associés à la réduction des émissions de gaz à effet de serre;
  • Réalisation de projets d’envergure par des regroupements d’exploitations agricoles ou des entreprises agro-industrielles ayant pour objet d’acquérir ou d’adapter des systèmes de production en vue de réduire ou d’éviter les émissions de gaz à effet de serre.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Ministère Développement durable, de l’Environnement et des Parcs du Québec
http://www.menv.gouv.qc.ca

Commentaires