OGM : Dominique de Villepin entre principe de précaution et progrès scientifique

Rennes (France), 13 septembre 2005 – Alors que « Le Figaro » a affirmé récemment qu’un millier d’hectares d’OGM serait déjà cultivé en France, Dominique de Villepin a prévenu qu’il fallait « éviter toute dissémination incontrôlée des OGM ». Pour autant, il a souligné que « nous ne pouvons pas nous priver des apports du progrès scientifique ».

« Nous devons apporter des réponses claires à la question des OGM » (organismes génétiquement modifiés, NDLR), a-t-il déclaré à Rennes. « Nous resterons fidèles au principe de précaution » qui figure désormais dans la Constitution française, a-t-il promis.

« Notre première préoccupation doit être la santé humaine et la protection de l’environnement. A cet égard, nous devons éviter toute dissémination incontrôlée des OGM et toute contamination des autres productions », a-t-il mis en garde.

Pour autant, le Premier ministre a estimé que « nous ne pouvons pas nous priver des apports du progrès scientifique ». « Il faut que nos centres de recherche travaillent à mieux connaître les OGM et à maîtriser leur développement », a-t-il souhaité. « Le principe qui doit prévaloir à l’égard du consommateur, c’est la transparence grâce à l’étiquetage », a-t-il dit.

Le 8 septembre, le ministre de l’Agriculture Dominique Bussereau avait annoncé que la France disposerait dès 2006 d’une législation sur les OGM commerciaux, inspirée de la réglementation européenne. A cet effet, le gouvernement présentera un texte de loi « dès cet automne » ou « dès le début de l’année prochaine », avait-il précisé.

Source : AP

Commentaires