Plus de quarante fermes porcines aménagent des haies brise-odeurs dans la région de St-Hyacinthe

Saint-Simon-de-Bagot (Québec), 20 mai 2004 – Répondant à l’appel deleur syndicat régional, et deux mois après l’inauguration de trois sites dedémonstration de haies brise-odeurs dans la région, les producteurs de porcsde Saint-Hyacinthe emboîtent le pas avec vigueur dans l’opération Haies brise-odeurs. Ainsi, quarante fermes porcines aménageront dès les prochainessemaines des rangées d’arbres autour de leur ferme pour réduire les odeurs etfavoriser le bon voisinage.

L’engouement des producteurs porcins est sérieux, à tel point qu’outre les 40 fermes participantes, une vingtaine de producteurs figurent déjà sur une liste d’attente de mise en chantier. Cette opération de plantation, on sele rappellera, est coordonnée par le Syndicat des producteurs de porcs deSaint-Hyacinthe, avec la collaboration essentielle de l’Agence de gestion desengrais organiques du bassin de la Yamaska (AGEO).

Le président du Syndicat des producteurs de porcs de la région de Saint-Hyacinthe, Daniel Grégoire, est heureux de constater l’intérêt desproducteurs. Grâce à cette plantation massive, il peut ainsi donner suite àl’une des priorités de son plan d’action visant à favoriser les bonnespratiques de ses producteurs et à les faire connaître. « Nous avons décidé deconcentrer nos efforts sur les haies brise-odeurs parce que nous croyonsfermement à leurs avantages multiples, pour les fermes porcines bien sûr, maisaussi pour l’environnement en général. L’aménagement de haies s’inscritd’ailleurs dans la continuité des bonnes actions posées par les producteurs deporcs, s’ajoutant à l’utilisation de rampes basses d’épandage et aux pratiquesd’épandage respectueuses ».

Des propriétés reconnues
Les haies brise-odeurs sont loin d’être un écran de fumée. Efficaces dansle contrôle des odeurs, ces haies ont aussi bien d’autres propriétés. « La haiebrise-odeurs est une barrière végétale vivante formée d’arbres sélectionnés.Disposée autour d’un bâtiment agricole, en plus d’agir contre les odeurs, ellepermet de réduire les coûts de chauffage de 10 à 15 %, d’assourdir le bruit etbien sûr d’embellir le paysage », a expliqué Patrice Lefebvre, biologiste àl’Association de gestion des engrais organiques du bassin de la rivièreYamaska.

« Les arbres forment de plus une barrière contre les poussières ensuspension. Ils isolent le bâtiment et créent un écran physique naturel entreles lieux d’élevage. Enfin, les haies brise-odeurs contribuent à la diminutiondes gaz à effets de serre en absorbant le gaz carbonique », renchérit M.Lefebvre.

La plantation bat son plein
Les travaux de plantation sur les quarante fermes sont en cours depuisquelques semaines. Ils se réalisent en deux étapes. Tout d’abord, il fautpréparer le sol et installer un paillis, puis on procède à la plantationproprement dite.

L’étape cruciale est sans contredit celle de la plantation, qui requiertune action massive, rapide et bien coordonnée. Il faut donc disposer d’unemain-d’oeuvre abondante. Or, à ce chapitre, le Syndicat a pu obtenir unecollaboration précieuse du milieu, étant donné la participation du Carrefourjeunesse-emploi maskoutain. L’organisme a recruté une douzaine de jeunestravailleurs en quête d’acquisition de connaissances et d’expérience detravail. Le chantier compte également sur l’appui du ministère del’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ).

« Ceci démontre, une fois de plus qu’une cohabitation réussie est le plussouvent le fruit d’une collaboration entre les producteurs porcins et leurcommunauté », de conclure M.Grégoire.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Le Porc du Québec
http://www.leporcduquebec.qc.ca/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires