Plus que jamais, les agriculteurs respectent l’environnement

Ottawa (Ontario), 4 juin 2002 – Les producteurs agricoles canadiens sont fiers de faire connaître leurs incroyables accomplissements, à l’occasion de la Semaine de l’environnement.

« Lorsqu’il s’agit d’adopter des pratiques commerciales écologiques, notre
collectivité agricole est à l’avant-garde au Canada et probablement dans le monde. Je mets au défi toute industrie au pays de tenter d’égaler les projets verts de nos agriculteurs », a déclaré M. Bob Friesen, président de la Fédération canadienne de l’agriculture (FCA).

Voici certains faits sur l’agriculture écologique au Canada :

Les agriculteurs adoptent de plus en plus des pratiques aratoires écologiques. Présentement, 60 p. 100 des terres arables sont cultivées selon des pratiques écologiques, soit deux fois plus qu’en 1991. Les pratiques aratoires antiérosives améliorent non seulement la structure des sols et réduisent l’érosion, mais elles réduisent aussi la quantité de gaz à effets de serre du fait que les agriculteurs creusent moins de sillons dans les champs à l’aide de tracteurs émetteurs de dioxyde de carbone.

Le nombre d’exploitations agricoles utilisant des herbicides et des pesticides a diminué de 36 p. 100 entre 1995 et 2000. De plus, en 2000, le nombre d’acres traités aux insecticides était de 1,7 million inférieur à celui de 1995. Les agriculteurs adoptent des moyens alternatifs de lutter contre les problèmes liés aux parasites en utilisant une approche intégrée de lutte antiparasitaire qui préconise le recours à des méthodes exemptes de produits chimiques, comme la rotation des cultures, la protection biologique, etc. Les agriculteurs utilisent aussi, s’ils sont disponibles, de nouveaux produits antiparasitaires à faible risque qui atténuent les effets environnementaux.

Plusieurs provinces ont mis en oeuvre des programmes de planification agricole environnementale dans le but d’aider les agriculteurs à comprendre et à gérer les effets que produisent leurs activités sur l’environnement.

Les producteurs ont aussi recours à des outils comme les plans de gestion des nutriments, dans le cadre desquels ils vérifient le contenu en nutriments du fumier et des sols, et ce, dans le but de déterminer la capacité d’épandage des sols. Ils utilisent aussi d’autres meilleures pratiques de gestion visant à atténuer les effets environnementaux.

« Aujourd’hui les consommateurs canadiens ne demandent plus uniquement que leurs aliments soient de haute qualité et qu’ils soient salubres. Ils veulent savoir si leurs aliments ont été produits de fa¡on à respecter l’environnement dans lequel ils vivent. Les producteurs agricoles canadiens en sont conscients. Ils adaptent sans cesse leurs pratiques agricoles aux toutes dernières méthodes écologiques », a conclu M. Bob Friesen.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération Canadienne de l’agriculture

http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires