Québec dépensera 3 milliards $ plus vite que prévu en travaux publics

Québec (Québec), 2 novembre 2001 – Convaincu que les travaux publics sont d’efficaces créateurs d’emplois, le gouvernement Landry donnera le feu vert à des projets de toutes sortes au cours des mois qui viennent.

Près de 3 milliards $ seront donc dépensés plus rapidement que prévu, dont la moitié au cours de l’actuel exercice financier, indique le budget 2002-2003 déposé par la ministre des Finances, Pauline Marois, à Québec, jeudi.

Des investissements seront faits dans les réseaux de la santé, de l’éducation, de la culture et des services de garde. Le programme d’infrastructures sera aussi mis en oeuvre « dans la mesure où le gouvernement fédéral, les municipalités et, dans certains cas, des investisseurs privés se joindront à nous », précise le budget Marois.

Le budget prévoit aussi la construction ou la rénovation de quelque 40 000 logements et pour lesquels une somme de 500 millions $ sera allouée.

La part du lion des investissements publics ira au réseau de la santé et des services sociaux. En sus des 360 millions $ déjà prévus, Québec y dépensera 500 millions $. On revampera les centres d’hébergement pour les personnes âgées, on réaménagera des hôpitaux, des urgences ou des centres jeunesse. On achètera des lits, des bains thérapeutiques, des ordinateurs et des appareils de télémédecine.

Le réseau de l’éducation aura droit à une injection de 400 millions $, principalement pour « améliorer la qualité des lieux d’enseignement » de tous les niveaux, du primaire à l’université.

De nouvelles écoles seront construites et de nouveaux pavillons universitaires seront érigés. Les instituts de technique agricole de Saint-Hyacinthe et de La Pocatière seront assurément rénovés.

La recherche bénéficiera aussi des largesses du budget Marois: 100 millions $ s’ajouteront aux 250 millions $ prévus notamment pour l’agrandissement de l’Institut clinique de Montréal, la construction d’un centre en optique-photonique à l’Université Laval, la création d’un centre de recherche sur les biotechnologies marines à Rimouski.

Une somme de 50 millions $ ira à la construction de centres de la petite enfance dont le réseau ne suffit plus à la demande.

Le réseau routier québécois a besoin de se refaire une beauté. Le gouvernement Landry l’admet aussi et ajoute au milliard $ prévu en mars dernier à cet égard une somme additionnelle de 400 millions $. Pour mettre en marche les chantiers le plus rapidement possible, Québec a mis en place une procédure accélérée d’appel d’offres et d’octroi de contrats. Les infrastructures municipales n’ont pas été oubliées: 350 millions $ y seront alloués par le biais du nouveau programme Québec-municipalités. Québec ajoutera encore 30 millions $ aux programmes de protection de l’environnement.

Les équipements culturels ne seront pas en reste. Un budget additionnel de 100 millions $ sera affecté à la construction de bibliothèques, de musées, de salles de spectacles, etc. Enfin, une enveloppe extraordinaire de 75 millions $ est destinée à brancher les écoles du Québec à l’inforoute.

Source : PC

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Institut de technologie agro-alimentaire de La Pocatière

http://www.italp.qc.ca/

Institut de technologie agroalimentaire de Saint-Hyacinthe

http://ita.qc.ca

Commentaires