Reconstruction de la 132 à Val-Brillant et utilisation agricole

Québec (Québec), 30 juillet 2002 – À la demande du ministre d’Etat aux Affaires municipales, à la Métropole, à l’Environnement et à l’Eau, M. André Boisclair, le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) rend public son rapport d’enquête et d’audience publique sur le projet
du ministère des Transports concernant la reconstruction de la route 132 à Val-
Brillant. La commission, chargée de l’examen du projet, était présidée par Mme

Nicole Boulet, secondée par Mme Sylvie Girard, commissaire.

Subséquemment à la consultation publique, il apparaît clairement que la
reconstruction de la route 132 à Val-Brillant fait consensus et qu’elle
permettrait de mieux assurer la sécurité des usagers. En outre, en raison des
déficiences géométriques importantes de la route actuelle, la commission
estime que les travaux de reconstruction devraient être menés avec diligence.

Après avoir analysé les deux variantes de tracé proposées par le
ministère des Transports et leurs impacts sur l’agriculture, sur l’économie
locale et le tourisme ainsi que sur la qualité de vie des citoyens, la
commission est d’avis que le tracé B, situé au sud du tracé actuel, bien qu’il
empiète sur les terres agricoles, est le seul qui permette de répondre aux
objectifs visés de sécurité et de qualité de vie des citoyens de Val-Brillant.

Une question de sécurité

Le tracé actuel présente en effet des déficiences géométriques
importantes, aggravées par un viaduc ferroviaire trop étroit et de multiples
accès dont certains sont localisés dans une courbe qui ne respecte pas les
normes requises pour une route nationale.

La commission considère que cette situation, liée à la densité de la
circulation locale et de transit, compromet la sécurité des usagers de ce
tronçon de route, d’autant plus qu’un nombre élevé d’accidents sont survenus
au cours des douze dernières années, ce qui a valu à la courbe du viaduc le
qualificatif de « point noir ».

Le tracé B : le seul qui répond aux objectifs visés par le projet

Outre les tracés proposés par le ministère des Transports, la commission
a examiné deux tracés proposés respectivement par des gens d’affaires et la
municipalité de Val-Brillant lors de l’audience. Bien que ces tracés résultent
d’un désir profond de combler les besoins de la communauté, la commission
constate qu’ils ne satisfont pas aux normes du ministère des Transports. Elle
estime qu’en maintenant un tracé sinueux, composé de courbes sous-standards,
ou en conservant la majorité des accès aux résidences, ces tracés ne corrigent
en rien les lacunes de la route actuelle.

Le patrimoine agricole

La commission a constaté le dynamisme de l’agriculture à Val-Brillant.
Néanmoins, elle est d’avis que la reconstruction de la route 132 selon le tracé B ne serait pas incompatible avec l’utilisation actuelle du territoire agricole. Elle est consciente que ce tracé empièterait sur des terres
agricoles de qualité, mais elle estime que la proportion de terres retranchées
est relativement faible. Toutefois, elle considère que le ministère des
Transports devrait examiner toutes les possibilités visant à limiter davantage
la perte de terres agricoles. Il va de soi que le ministère des Transports
devra obtenir l’autorisation de la Commission de protection du territoire
agricole avant de réaliser son projet.

La qualité de vie des citoyens de Val-Brillant

Selon la commission, le tracé B offrirait à la communauté l’occasion de
se réapproprier un territoire actuellement fortement perturbé par une
circulation dense et le bruit qu’engendre le passage de nombreux véhicules
lourds. Il permettrait également de limiter le nombre d’expropriations,
d’éloigner la circulation de transit du milieu habité et de permettre la
consolidation du caractère récréatif du secteur situé en bordure du lac
Matapédia, où la municipalité tente de développer un milieu propice à la
pratique d’activités récréotouristiques.

Le développement récréotouristique

Enfin, la commission est d’avis que l’aménagement d’une nouvelle halte
routière compenserait la perte d’accès visuel au lac Matapédia. Elle est
également d’avis que le maintien de la circulation locale à l’emplacement du
viaduc ferroviaire actuel faciliterait l’accès à certains commerces et aux
infrastructures touristiques et préserverait la vocation actuelle de la rue
des Cèdres. Ces propositions pourraient contribuer au développement
récréotouristique, notamment dans le parc des Bois et des Berges, ce qui
inciterait davantage les vacanciers et les touristes à séjourner à Val-
Brillant.

La disponibilité du rapport

Le rapport d’enquête et d’audience publique sur le projet de
reconstruction de la route 132 à Val-Brillant est maintenant disponible. Il
suffit d’en faire la demande à notre bureau en communiquant soit par courriel
[email protected], soit en composant le (418) 643-7447 ou, sans
frais, le 1 800 463 4732 . Le rapport peut être également consulté sur
Internet à l’adresse suivante : www.bape.gouv.qc.ca/val-brillant .

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE)

http://www.bape.gouv.qc.ca/

Commentaires