Sommet historique pour le prix du porc

Source: écho-porc
Source: écho-porc

Regardez bien les rapports sur le prix du porc. Ils atteignent des records. Pour les producteurs de porcs, la rentabilité est aussi au rendez-vous. La grande frayeur de la diarrhée épidémique porcine (DEP) est en bonne partie responsable de cet effet, alors que la maladie est suspectée dans de nouveaux pays. La crise de la DEP s’annonce maintenant mondiale.

La semaine dernière, le prix de référence américain a dépassé le précédent record pour une semaine 11, par 18,12 $US, nous apprend l’écho-porc du CDPQ du 17 mars. Le prix de référence a connu une hausse de 7,4% par rapport à la semaine précédente pour atteindre 105,54 $US.

Selon l’analyste des Marchés à terme agricoles Frédéric Hamel, de Grainwiz, la hausse importante du prix de la semaine dernière est due en grande partie à la crainte des conséquences de la DEP sur les stocks de porcs. Cette crainte serait encouragée par un 27e  état américain atteint par la maladie, l’Arizona, par un cas suspecté au Japon et un autre en Colombie. De plus, l’Europe craint l’arrivée de la maladie. « Ce n’est plus juste les États-Unis et la Chine », dit Frédéric Hamel.

En conséquence, le nombre de porcs abattus aux États-Unis a considérablement baissé, passant de 2,2 millions de porcs par semaine l’an dernier à 2 millions la semaine dernière. En une semaine seulement, la baisse était de 2,3%. Pour compenser, le poids des porcs abattus aux États-Unis est maintenant plus élevé, à 282,1 livres (127,9 kg).

Prudence!

Photo: Marie-Josée Parent
photo: Marie-Josée Parent

Frédéric Hamel refuse de prédire le prix du porc pour les prochaines semaines et les prochains mois. « Il y a trois semaines, je visais un contrat de 1,08$ pour juin. Il est de 1,30$ actuellement », dit-il. Il conseille à ses clients d’être prudents. Puisque le prix est à un niveau historique et qu’il y a une partie de spéculation dans ce prix, il pourrait y avoir un ajustement à la baisse. « Tu dois absolument protéger une partie de tes profits », conseille-t-il à ses clients.

Ceci est d’autant plus vrai que la profitabilité des producteurs de porcs n’a jamais été aussi bonne, depuis 1979! En évaluant les prix du porc et des intrants, l’Iowa State University est retournée à cette année-là pour retrouver un meilleur profit. « On croyait tous que 2013 était une excellente année, mais 2014 s’annonce encore meilleure », dit Frédéric Hamel.

Deux rapports sont à surveiller. Vendredi prochain, le Département américain de l’agriculture (USDA) publiera son rapport sur les stocks de porc congelé (Cold Storage). Mais le rapport le plus important est celui du 28 mars prochain : celui sur les inventaires de porcs (Hogs & Pigs). C’est à ce moment-là qu’on pourra vraiment mesurer l’effet de la DEP sur les inventaires de porcs américains. « C’est sans doute le rapport le plus important des dernières années », estime Frédéric Hamel.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires