Les Éleveurs de porcs s'inquiètent des effets de la sécheresse sur le prix des grains l'automne prochain.

Les Éleveurs de porcs craignent un prix des grains élevé pour l’automne et l’hiver prochain

La sécheresse pourrait créer une rareté des grains

Les Éleveurs de porcs du Québec demandent à ses membres de l’informer sur les effets de la sècheresse sur leur ferme. Quelle est la situation dans les élevages? Y a-t-il une problématique de puits d’abreuvement? « Dans un premier temps, le but est de dresser un portrait de la situation. Ensuite, nous verrons s’il y a […] Lire la suite

La COVID-19  a coûté 150 millions de dollars aux Éleveurs de porcs du Québec.

La COVID-19 a coûté 150 millions$ aux Éleveurs de porcs

Après la décision de la Régie des marchés agricoles et la réduction du nombre de porcs en attentes, les Éleveurs de porcs souhaitent maintenant des compensations pour les pertes liées à la COVID-19

La décision de la Régie des marchés agricoles est en majorité favorable aux Éleveurs de porcs. Le nombre de porcs en attente a diminué. Les Éleveurs de porcs souhaitent maintenant des compensations pour les pertes liées à la COVID-19.



Pour s'adapter à la nouvelle réalité de la COVID-19, Olymel a installé des diviseurs dans des endroits où il n'était pas possible de respecter la distanciation de deux mètres entre les travailleurs.

Les éleveurs de porcs ne devraient pas payer les coûts liés à la COVID-19

Tous les acteurs de la filière porcine sont de cet avis : les coûts d’implantation des mesures exceptionnelles liées à la COVID-19 ne devraient pas être payées par l’ASRA

Le président des Éleveurs de porcs du Québec fera des représentations auprès des gouvernements pour éviter que les coûts additionnels causés par la COVID-19 ne finissent par être payés par le fond de l’Assurance stabilisation des revenus agricoles du Québec (ASRA).


Si la situation ne s'améliore pas dans les abattoirs américains, cela pourrait être désastreux pour les fermes porcines américaines.

L’abattage de porcs américain est dans une situation critique

Le nombre de porcs abattus aux États-Unis a chuté de 15% par rapport à l’année dernière

Durant les dernières semaines, le nombre d’abattoirs de porcs qui ont dû fermer leurs portes aux États-Unis ne cesse d’augmenter. La situation est telle que la compagnie Tyson a lancé un cri du cœur dans une publicité pleine page dans trois journaux dimanche dernier. Selon le président de Tyson, John Tyson, « la chaîne d’approvisionnement est en train de se briser ».



Des mesures seront prises pour protéger les travailleurs de l’abattoir de Yamachiche

Olymel étudie la question avec ses partenaires

Depuis l’annonce de la fermeture de l’abattoir d’Olymel de Yamachiche, Olymel étudie les moyens qui seront mis en place pour permettre le retour au travail de ses employés après les 14 jours de fermeture annoncés par communiqué le dimanche 29 mars 2020. La Direction de la santé publique de la Mauricie et Centre-du-Québec avait détecté […] Lire la suite

Fugerville a accueilli la première maternité collective de la phase 1 des Fermes Boréales. La municipalité accueillera aussi la 5e et dernière maternité de la phase 1.

Olymel construit une 5e maternité au Témiscamingue

C'est la fin de la phase 1 des Fermes Boréales

Une 5e maternité collective verra le jour au Témiscamingue dans le projet des Fermes Boréales d’Olymel. La maternité sera construite selon le même modèle que les précédentes et abritera 2360 truies permettant de produire 65 000 porcelets annuellement.


Le producteur de porcs Daniel Champagne (à droite) est en compagnie de Martin Leroux, responsable du suivi des élevages chez Isoporc.

Pour un meilleur suivi de l’état de santé des animaux

La technologie à la rescousse de la santé

Depuis que l’entreprise porcine Isoporc a fait le virage technologique en éliminant les registres en papier ou carton sur les fermes, elle voit d’autres avancées possibles. C'est le cas notamment d'un suivi plus serré de la santé des élevages, comme en témoigne l'expérience chez un producteur.

Ce petit porcelet s'apprête à recevoir sa supplémentation en micronutriments.

Des suppléments et une salle de bronzage pour les petits porcelets

Résultats d’une recherche menée à Sherbrooke

Dans les dernières années, la prolificité des portées porcines a amené la problématique suivante. Les truies sont les mêmes pour un plus grand nombre de porcelets nés et sevrés. Il en résulte que les nutriments sont divisés entre tous. Le chercheur Jacques Matte d’Agriculture et Agroalimentaire Canada à Sherbrooke s’intéresse aux micronutriments en production porcine. […] Lire la suite