Stocks de céréales au 31 décembre 2007

Ottawa (Ontario), 5 février 2008 – Les stocks de céréales et de graines oléagineuses dans les provinces des Prairies avaient diminué au 31 décembre 2007 comparativement à la même date en 2006, mais dans l’Est du Canada, les stocks de maïs-grain ont atteint un sommet.

Les résultats de l’enquête du 31 décembre menée auprès des agriculteurs et des détenteurs de céréales commerciales canadiens indiquent que dans les Prairies, les estimations de stocks de toutes les principales céréales et graines oléagineuses, sauf l’avoine, ont baissé. Le blé, le canola et le lin ont affiché les plus forts reculs.

Dans l’Est, les stocks de maïs-grain à la ferme dans les provinces de l’Ontario et du Québec ont facilement dépassé les précédents sommets, à la suite d’une récolte record de maïs en 2007. Le précédent sommet avait été atteint en Ontario en 2006 et au Québec en 2005.

Les stocks de soya sont tombés sous la moyenne quinquennale.

Les stocks de blé dégringolent
Les stocks totaux de blé, qui comprennent les stocks à la ferme et les stocks commerciaux, étaient estimés à 15,1 millions de tonnes, en baisse de 29,8 %, ou de 6,4 millions de tonnes, comparativement à décembre 2006. Cette baisse était principalement imputable à un recul de 20,6 % de la production de blé en 2007.

Les stocks totaux de blé, sauf le blé dur, ont dégringolé de 29,8 % par rapport à décembre 2006 pour s’établir à 12,3 millions de tonnes. La moyenne quinquennale est de 15,1 millions de tonnes. Le fléchissement des stocks commerciaux n’a pas été aussi important, car ces derniers ont baissé de 14,4 % pour se situer à 3,1 millions de tonnes.

Les agriculteurs ont déclaré des diminutions des stocks à la ferme dans les trois provinces des Prairies. La plus forte baisse a été déclarée en Saskatchewan, où les stocks étaient estimés à 3,4 millions de tonnes, en baisse de 2,6 millions de tonnes. La moyenne quinquennale est de 4,9 millions de tonnes.

En outre, les stocks totaux de blé dur ont chuté de 29,5 % pour se fixer à 2,9 millions de tonnes, ce qui est bien inférieur à la moyenne quinquennale de 4,6 millions de tonnes. Malgré une augmentation de la production de blé dur en 2007, les stocks étaient plus bas en décembre en raison des stocks d’ouverture bien plus faibles au début de la campagne agricole 2007-2008. Les stocks commerciaux de blé dur étaient plus vigoureux; ils n’ont régressé que de 5,4 % pour s’établir à 920 000 tonnes.

Les producteurs de blé dur de la Saskatchewan et de l’Alberta ont déclaré posséder beaucoup moins de blé dur à la ferme cette année. En Saskatchewan, où la majorité du blé dur canadien est cultivé, les stocks ont chuté de 34,0 % pour se fixer à 1,6 million de tonnes.

Les agriculteurs de l’Alberta ont déclaré que les stocks ont dégringolé de 47,0 % pour s’établir à 400 000 tonnes.

Recul général des stocks de céréales fourragères
Les stocks totaux d’orge au 31 décembre 2007 ont fléchi légèrement de 4,9 % pour atteindre 7,1 millions de tonnes. Il s’agit d’un niveau bien inférieur à la moyenne quinquennale de 8,0 millions de tonnes. Par contre, les niveaux des stocks commerciaux ont grimpé de 50,4 % pour atteindre 768 100 tonnes.

Les stocks à la ferme dans les trois provinces des Prairies ont régressé, les reculs variant entre 3,8 % en Alberta et 14,8 % en Saskatchewan. Les estimations dans chaque province étaient inférieures à la moyenne quinquennale.

Les stocks totaux de pois de grande culture ont baissé de 6,5 % pour se fixer à 1,5 million de tonnes. Il s’agit d’une estimation inférieure à la moyenne quinquennale de 1,6 million de tonnes. Les stocks commerciaux ont grimpé de 195 000 tonnes pour atteindre 270 000 tonnes.

Les stocks à la ferme de pois de grande culture ont reculé dans les trois provinces des Prairies et ont atteint des niveaux inférieurs à la moyenne quinquennale correspondante.

Les stocks totaux d’avoine ont crû de 14,0 % pour atteindre environ 2,7 millions de tonnes, ce qui est bien supérieur à la moyenne quinquennale de 2,3 millions de tonnes. Cette augmentation rend compte d’un accroissement de 21,9 % de la production d’avoine en 2007. Les stocks commerciaux ont également été vigoureux et ont progressé de 9,4 % pour atteindre 255 000 tonnes.

Les stocks à la ferme des Prairies ont grimpé de 17,8 % pour s’établir à 2,2 millions de tonnes, ce qui est tout juste inférieur au sommet de 2,5 millions de tonnes atteint en 1999. En Alberta, les niveaux des stocks ont fléchi légèrement de 6,6 % pour s’établir à 560 000 tonnes, tandis qu’ils ont augmenté en Saskatchewan et ont atteint des chiffres record au Manitoba.

Léger fléchissement des stocks de canola
Les stocks totaux de canola s’établissaient à 6,5 millions de tonnes au 31 décembre 2007, en baisse de 9,3 % par rapport à décembre 2006, mais toujours bien au-dessus de la moyenne quinquennale de 5,4 millions de tonnes. La production de canola en 2007 a baissé de 2,8 % comparativement à 2006, ce qui explique en partie cette diminution.

Des reculs ont été déclarés pour les stocks à la ferme dans les trois provinces des Prairies. La plus forte régression a été observée au Manitoba, où les stocks ont chuté de 27,0 % pour se fixer à 875 000 tonnes. En Saskatchewan et en Alberta les niveaux ont fléchi, mais sont demeurés supérieurs à la moyenne quinquennale.

Les stocks à la ferme de canola des Prairies ont baissé de 15,2 % pour atteindre 5,0 millions de tonnes. La moyenne quinquennale est de 4,5 millions de tonnes.

Les stocks commerciaux ont rebondi par rapport à 2006, ayant grimpé de 18,8 % pour atteindre 1,5 million de tonnes.

Les stocks de lin sont bien inférieurs à la moyenne quinquennale
Les stocks totaux de lin ont dégringolé de 44,7 % pour s’établir à 482 000 tonnes, ce qui est bien inférieur à la moyenne quinquennale de 550 000 tonnes, à la suite d’un ralentissement de 35,9 % de la production en 2007.

On a déclaré des baisses des stocks à la ferme provinciaux ainsi que des stocks dans les exploitations commerciales.

En Saskatchewan, où la majeure partie du lin canadien est cultivée, les stocks à la ferme ont chuté de 45,0 % pour s’établir à 275 000 tonnes.

Ontario et Québec : Les stocks de maïs atteignent un sommet, tandis que le soya fléchit
Les stocks de maïs-grain ont atteint un sommet à la suite d’une production record en Ontario et au Québec en 2007. Les stocks totaux ont grimpé de 14,8 % pour se fixer à 9,6 millions de tonnes, dépassant le sommet de 8,5 millions de tonnes atteint en 2005.

Les stocks de maïs-grain à la ferme ont atteint des sommets en Ontario et au Québec. Les stocks de l’Ontario se sont accrus de 13,6 % pour atteindre 4,2 millions de tonnes, tandis qu’au Québec, les stocks ont fait un bond de 42,0 % pour s’élever à 3,1 millions de tonnes.

Les stocks totaux de soya ont régressé à la suite d’un ralentissement de la production en 2007, s’étant établis à 1,7 million de tonnes, en baisse de 34,9 %, ou de 928 000 tonnes.

Les stocks à la ferme étaient plus faibles au Québec et en Ontario, ayant chuté bien en dessous de la moyenne quinquennale. Les stocks commerciaux ont régressé de 26,6 % pour passer à 810 000 tonnes, ce qui est aussi bien inférieur à la moyenne quinquennale de 859 000 tonnes.

Stocks totaux des cultures principales et spéciales au 31 décembre
Culture20062007Moyenne quiquennale2006 à 2007
 en milliers de tonnesvariation en %
Tout le blé21 57315 14719 627-29,8
Blé sauf blé dur17 50112 27815 053-29,8
Blé dur4 0722 8704 574-29,5
Maïs-grain8 3659 5997 95614,8
Orge7 4737 1058 046-4,9
Canola7 1666 5025 437-9,3
Avoine2 3722 7032 28214,0
Soya2 6571 7292 009-34,9
Pois secs de grande culture1 5611 4601 586-6,5
Lin870482550-44,7
Lentilles700365566-47,9
Graines de l’alpiste des Canaries232191227-17,7
Pois chiches10317511569,9
Graines de moutarde219107231-51,1
Graines de tournesol1288192-36,7

La publication Série de rapports sur les grandes cultures : Stocks de céréales canadiennes au 31 décembre 2007, vol. 87, no 1 (22-002-XIF, gratuite) est maintenant accessible à partir du module Publications de notre site Web.

Note aux lecteurs
L’Enquête sur les fermes de décembre a été menée du 2 janvier au 9 janvier 2008 auprès de 11 800 exploitants agricoles. On a demandé aux agriculteurs de déclarer les quantités de céréales, de graines oléagineuses et de cultures spéciales entreposées à la ferme.

Les stocks commerciaux des principales cultures de l’Ouest proviennent de la Commission canadienne des grains. Les stocks commerciaux de maïs et de soya sont estimés à partir d’une enquête par échantillonnage que Statistique Canada mène auprès des exploitants de silos de l’Est du Canada. Les stocks commerciaux de cultures spéciales proviennent d’une enquête auprès des agents de commercialisation des cultures spéciales.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/

Commentaires