Un institut canadien de recherches stratégiques en agriculture sera mis sur pied

Ottawa (Ontario), 5 décembre 2003 – Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Lyle Vanclief, a annoncé la création de l’Institut canadien de recherches stratégiques en agriculture, un nouvel organisme autonome qui conseillera le gouvernement et participera de façon indépendante au débat continu sur les politiques.

Cet organisme réunira certains des meilleurs penseurs au Canada qui mettront l’accent sur les grandes questions stratégiques et établiront une vision bien définie pour le secteur. Gaétan Lussier – ancien président des Boulangeries Weston Limitée pour le Québec et président actuel du comité consultatif externe du gouvernement fédéral sur la réglementation intelligente – présidera le conseil d’administration de l’Institut.

« M. Lussier misera sur sa vaste expérience des politiques gouvernementales, mais aussi sur son expérience à titre de haut dirigeant d’une entreprise agroalimentaire, a déclaré M. Vanclief. Il sera un leader solide sur lequel pourront compter les penseurs doués et dynamiques qui seront regroupés pour former cette nouvelle tribune fort importante. »

« Il s’agit d’une occasion en or, a affirmé M. Lussier. L’agriculture est l’un des secteurs les plus importants au Canada et il est primordial qu’il continue de se développer de façon à créer de nouvelles possibilités. L’Institut sera en bonne position pour s’assurer que ces possibilités se concrétisent. »

L’institut de recherches stratégiques réunira un groupe représentatif de Canadiens, y compris de la collectivité agricole et du milieu universitaire. De nombreux domaines d’expertise seront représentés, notamment l’économie, la gestion commerciale ainsi que la science et technologie.

« Le secteur de l’agriculture évolue rapidement; nous devons donc tenir des discussions plus éclairées pour aider le Canada à devancer ses concurrents à l’échelle internationale, a signalé M. Vanclief. Nous sommes sur la bonne voie grâce au Cadre stratégique pour l’agriculture (CSA), mais pour réaliser notre plein potentiel dans le cadre de cette nouvelle orientation, nous devons continuer d’analyser la situation dans son ensemble, d’examiner les dernières tendances à l’échelle mondiale et de tenir compte des nombreux intérêts interreliés de notre secteur, qui est très diversifié. »

Le Canada est l’un des plus importants producteurs et exportateurs de produits agricoles au monde, et son secteur de l’agriculture englobe une vaste gamme d’industries de production et de transformation, ainsi que les activités de recherche des secteurs privé et public.

« L’avenir du secteur de l’agriculture concerne tous les Canadiens, a poursuivi M. Vanclief. Les voix sont nombreuses au sein de notre secteur agricole; les Canadiens sont également préoccupés par certaines questions comme la salubrité des aliments et la protection de l’environnement. Ce vaste éventail d’intérêts rend difficile l’élaboration de politiques claires : voilà pourquoi nous devons mettre sur pied cette nouvelle organisation. L’Institut sera en mesure de prendre du recul par rapport aux questions d’actualité et de maintenir une vue d’ensemble du secteur. »

Ainsi, l’Institut aura pour mandat d’examiner des solutions de rechange aux nouveaux enjeux avant qu’ils ne deviennent des problèmes, d’exprimer des points de vue équilibrés sur des questions délicates et de fournir des conseils et une opinion indépendante, par rapport à l’industrie et au gouvernement, lorsque des décisions stratégiques sont prises. L’Institut servira de tribune pour intégrer les résultats de recherche et l’expertise du milieu universitaire, de l’industrie et d’autres organismes de recherche dans le débat d’orientation. Dans le cadre de ce travail, il fera la synthèse des recherches stratégiques actuelles, cernera les lacunes au chapitre des connaissances, définira les priorités en matière de recherche et commandera des projets de recherche clés.

Un conseil de direction indépendant supervisera l’organisme et nommera un président et des représentants pour gérer les activités courantes.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires