Yvon Vallières manque de courage et de leadership selon l’opposition

Québec (Québec), 12 mai 2006 – Au terme de l’étude des crédits quis’est tenue cette semaine, le député des Iles-de-la-Madeleine et porte-parolede l’opposition officielle en matière d’agriculture, de pêcheries etd’alimentation, Maxime Arseneau, constate que le ministre Yvon Vallières manque de courage et de leadership pour défendre les intérêts de l’agriculture québécoise, particulièrement à l’égard de la Loi sur la protection du territoire agricole et concernant la réglementation québécoise sur la couleur de la margarine.

Loi sur la protection du territoire agricole
« Le gouvernement Charest bafoue la Commission de protection du territoireagricole chargée d’appliquer la loi dont le Québec s’est doté il y plus de 25 ans. Malgré trois avis défavorables au tracé électoral de l’autoroute 30 retenu par le gouvernement, le ministre n’a pas le courage de défendre laloi dont il a la responsabilité devant ses collègues du Conseil des ministres.Comment le monde agricole peut-il avoir confiance dans un ministre qui sedéfile devant ses responsabilités? Comment le monde agricole peut-il avoirconfiance dans un ministre qui renie les travaux d’un tribunal quasijudiciaire qui doit veiller à protéger des terres agricoles de qualité? », asoutenu Maxime Arseneau.

Réglementation sur la margarine
« Le ministre manque également de courage pour défendre adéquatement laréglementation du Québec sur la couleur de la margarine. Cette réglementationavait pourtant été validée en mars 2005 par la Cour suprême après une bataillejuridique de 18 ans. Plutôt que d’affirmer, avec justesse pour nos producteurslaitiers, le droit du Québec de prohiber la margarine jaune des tablettes desépiceries, le ministre préfère garder ouverte la discussion au plan politiquealors qu’il a en main tout ce qu’il faut au plan juridique. A l’évidence, leministre Vallières veut éviter de mettre trop de pression sur le gouvernementfédéral dans ce dossier, soit disant pour faire avancer celui de l’importationdes protéines du lait. Voilà un autre signe qui démontre que le ministre estincapable d’exercer un leadership efficace et de bien défendre nosproducteurs », a poursuivi le député.

M. Arseneau a mis en lumière les données rendues disponibles par leministre Vallières à l’occasion de l’étude des crédits où il semble queplusieurs profitent du flou qui persiste autour de l’ouverture politiquemanifestée à l’égard de la réglementation québécoise. En effet, selon lesdonnées du MAPAQ, une série d’inspections réalisées dans diverses régions duQuébec laissent présager une ouverture de plus en plus grande à la margarinejaune. Dans les régions de la Capitale-Nationale et del’Abitibi-Témiscamingue, 75 % des commerces inspectés par le MAPAQ étaient eninfraction. A Montréal la proportion est de 66 % et en Montérégie, 50 % desinspections ont donné lieu à une saisie.

« La position ambigue du gouvernement du Québec incite à contourner laréglementation. Cela crée des brèches qui pourraient être difficiles àcolmater», s’est inquiété M. Arseneau.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Parti québécois
http://partiquebecois.org/

Commentaires