Yvon Vallières souligne les 50 années de mise en marché ordonnée des produits agricoles

Québec (Québec), 17 mai 2006 – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, ministre responsable de la région du Centre-du-Québec et député de Richmond, M. Yvon Vallières, a déposé aujourd’hui une motion à l’Assemblée nationale afin de souligner le 50e anniversaire de la Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche.

Le ministre Vallières a insisté sur l’impact déterminant de cette loi sur le développement des secteurs du bioalimentaire et de la forêt privée. « Depuis le milieu des années cinquante, elle a favorisé la modernisation de l’agriculture et la spécialisation des activités. Elle a aussi amélioré la capacité des entreprises agricoles de faire vivre ses exploitants ».

Cette loi permet aux producteurs agricoles et forestiers ainsi qu’aux pêcheurs de se regrouper dans un plan conjoint pour organiser la mise en marché de leurs produits. Il existe actuellement dix-sept (17) plans conjoints dans le secteur agricole, trois (3) dans le secteur des pêches et quinze (15) dans le secteur de la forêt privée.

Le ministre Vallières a souligné qu’après avoir franchi de grandes étapes de son développement, le secteur bioalimentaire, comme l’ensemble des secteurs économiques, fait face aujourd’hui aux enjeux de l’ouverture des marchés et de la mondialisation. Le véritable défi est d’adapter les outils de développement à ce nouvel environnement d’affaires.

Le président de la Régie des marchés agricoles et alimentaires, M. Marc-A. Gagnon, a insisté pour sa part sur le rôle important que joue la Régie depuis maintenant 50 ans. « La Régie s’emploiera, au cours des prochaines années, à assurer l’équilibre dans la dynamique de la mise en marché en favorisant notamment la négociation raisonnée des conventions qui interviennent entre les producteurs et les acheteurs ».

La Régie aura un rôle important pour assurer le bon fonctionnement du système de mise en marché des produits agricoles, alimentaires, de la pêche et de la forêt privée. « Je suis convaincu que la Régie saura tirer parti de son autorité, de sa compétence et de son expertise pour relever les défis qui l’attendent », a conclu le ministre Yvon Vallières.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec (RMAAQ)
http://www.rmaaq.gouv.qc.ca/

Commentaires