La réalité : faire plus avec moins

Pour réussir, nos fermes doivent être très performantes et utiliser les meilleurs outils à leur disposition.
Publié dans Le Bulletin des agriculteurs de décembre 2010

par Yvon Thérien, agronome, rédacteur en chef

En janvier dernier, lors d’une réunion d’information, un producteur s’approche du micro pour poser une question inattendue. Il cherche quoi répondre à ses beaux-frères   de la ville qui l’ont questionné au jour de l’An sur ses pratiques agricoles. À voir la réaction des gens dans la salle, il n’est pas le seul à ressentir un certain malaise par  rapport aux interrogations de ses proches. Tant de clichés circulent à propos des pratiques agricoles modernes.

Il y a fort à parier que vous aussi subissez ce genre de questionnements. Vos pratiques d’élevage et de culture sont critiquées sans tenir compte de vos réalités.

Dans l’histoire de l’Amérique, jamais il n’y a eu si peu de gens qui travaillent à nourrir la population, à peine 3 %. Ce qui permet à 97 % de travailler dans des domaines de  leur choix sans se soucier s’il y aura suffisamment de nourriture à mettre sur la table.

Il faut faire plus avec moins. L’équation est la suivante : d’un côté, nous avons plus de bouches à nourrir et de gens avec des exigences très élevées en salubrité alimentaire. De l’autre, nous avons moins de fermes et moins de travailleurs agricoles. Sans compter que les prix pour nos produits n’augmentent pas. À cela, vous ajoutez nos  conditions nordiques qui nous désavantagent. La réalité est que pour réussir, nos fermes doivent être super performantes et utiliser les meilleurs outils à leur disposition.

Nous pouvons être fiers de dire que nous réussissons cela en maintenant des standards élevés pour la protection de l’environnement. Le plus bel exemple est le prix  remporté cet automne par les producteurs québécois pour la gestion de l’eau par bassin versant. Ce prix a été décerné par la Fédération canadienne de l’agriculture (FCA). Plus de 4200 producteurs de la province se sont mobilisés pour modifier leurs pratiques agricoles, améliorer les berges et créer des habitats fauniques dans le but de  préserver la qualité de l’eau.

Pour mieux faire comprendre à vos proches qui sont citadins votre réalité, proposez-leur de lire Le guide du bon voisinage. Un ouvrage réalisé par le groupe Au Coeur des  familles agricoles. Il s’agit d’un document très bien fait qui a pour but de mieux faire connaître le milieu agricole. Il est disponible en format PDF à l’adresse suivante : www.acfareseaux.qc.ca.
Je profite de l’occasion pour vous souhaiter de très joyeuses fêtes en famille.

à propos de l'auteur

Commentaires