Québec, champion des viandes et des produits laitiers

Le PIB des activités bioalimentaires ont totalisé 21G$ en 2014 au Québec selon Statistique Canada. Le secteur primaire qui  trait à l’agriculture, représente environ le sixième de ces activités avec plus de 4G$. La part du lion revient aux services (11G$) alors que la transformation représente 6,8G$.

Dans le secteur primaire, le Québec se démarque le plus parmi les autres provinces dans les productions animales avec une part de 34% du PIB, un pourcentage qui dépasse la proportion de la population québécoise au sein du Canada (23%). Les autres productions comme les productions végétales et les pêches représentent 12 % et de 6 % du PIB canadien. Depuis cinq ans, ces pourcentages ont peu bougé. La production agricole québécoise génère l’équivalent de 15% des recettes monétaires agricoles canadiennes, alors que les livraisons manufacturières de la transformation bioalimentaire au Québec comptent pour 23 % de celles du Canada.

Dans le secteur de la transformation, le Québec se distingue dans deux domaines, soient les produits laitiers avec une part de 35 % et les brasseries avec 28 %. La part de ces deux secteurs a toutefois diminué depuis 2009 puisqu’ils s’établissaient à 37% et à 35%.

Les aliments pour animaux au Québec occupent 25% du PIB canadien, en hausse par rapport à 23% il y a cinq ans.

Certains secteurs ont progressé en cinq ans, dont la mouture des céréales et des grains oléagineux. Celui-ci a progressé de cinq points de pourcentage dans l’ensemble canadien de 2009 à 2014. L’apport du Québec aux activités canadiennes a doublé, en passant de 5% à 10%. Ce secteur a affiché des hausses annuelles notables depuis le début de la décennie en raison de l’expansion de la trituration et du raffinage des grains de canola et de soya.

Un autre secteur en forte expansion au Québec est celui des conserves de fruits et de légumes, comprenant les produits congelés. Cette catégorie a 4% en cinq ans pour passer 19% en 2009, 23%.

Le commerce de gros des aliments, des boissons et du tabac au Québec se distingue par une part de 28 % dans l’activité économique canadienne. Il est toutefois en baisse de 3 points de pourcentage en comparaison de la quote-part de 31 % qu’il apportait en 2009.

Plus généralement, dans le vaste secteur des services, les résultats de Statistique Canada indiquent que la participation du Québec au PIB du Canada serait en baisse, glissant de 23 % qu’elle était en 2009 à un peu plus de 21 % en 2014. Cependant, une partie du commerce alimentaire au détail et de la restauration est absente de ce calcul.

Source: Bioclip

 

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires