5500 kg/ha de blé avec peu d’azote

PHOTO: PAUL CAPLETTE

PHOTO: PAUL CAPLETTE

Yeesss! 5500 kg/ha de blé de printemps avec seulement 90 unités d’azote. Je pourrais dire victoire et considérer continuer dans la même veine. Après tout, 5500 kg c’est bien au-delà de la moyenne de mon secteur évalué par la Financière.

En fait, 2016 est une année exceptionnelle pour les céréales. Du jamais vu! Mais si je compare à mes résultats de 2015, c’est environ 8% de mieux. Je continue à croire que je dois faire bien mieux que la moyenne de la moyenne si je veux faire des céréales sur 33% de nos superficies. Je dois m’organiser pour sortir du rendement année après année et pas juste sur un coup de chance d’une année exceptionnelle.

Fini le temps où l’on gardait comme objectif ultime d’atteindre 5000 kg/ha. Suffit de viser 5000 pour atteindre une moyenne de 4000 sur 5 ans et de se faire entraîner dans le cercle vicieux de couper les coûts pour parvenir à sortir une marge intéressante.

C’est comme faire une course de karting en visant le milieu de peloton avec de vieux pneus, un carburateur mal ajusté et un pilote mal entraîné. Résultat : tu finis à la queue.

Chaque année, nous faisons des bandes test de différentes doses de fertilisant juste pour comparer et valider nos actions aux champs. Mon capteur de rendement est bien ajusté, mais pour éviter de m’emballer et de partir une légende rurale, je préfère appeler l’équipe d’Agrocentre pour valider le vrai poids officiel.

Résultat : 6357 kg/ha de rendement de moyenne sur nos trois bandes à 140 kg d’azote. Versus 5709 kg/ha de moyenne pour nos bandes témoins à 90 kg/ha d’azote.

65 $/ha de dépenses additionnelles pour un gain brut de 162 $/ha.

Voilà une bonne façon d’évaluer notre potentiel et construire notre amélioration de rendement pour les années à venir.

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Commentaires