Ligne de temps

Blé d’hiver à l’eau

On annonce du temps doux et beaucoup de pluie. Au moment d’écrire ces lignes, c’est déjà commencé. Tout un cocktail qui peut être explosif pour le blé d’hiver. À ce stade-ci, je ne peux plus intervenir, mais je veux quand même observer si nos pratiques vont nous permettre de mieux passer à travers. Pendant qu’il fait encore soleil, j’en profite pour aller mesurer la quantité de neige au sol. J’enfile mes raquettes, règle de bois à la main, j’apporte ma perceuse à percussion, une masse et un ciseau à glace.

25 cm de neige sans clôture.

Dans la section sans clôture, on mesure de 20 à 30 cm de neige. Je sens une bonne couche de glace à 10 cm du sol. Dans la section avec clôture végétale de lin, rien en bas de 30 cm. Plusieurs lectures en haut de 35 cm, voire même jusqu’à 42 cm. Ça peut paraître négligeable, mais c’est 40 % d’accumulation de neige de plus. Impressionnant! J’enlève la neige pour y voir la binette. Il est bien vert. Je passe en mode excavation. À quatre pattes, je perce des trous avec la perceuse pour affaiblir la zone gelée. Seulement 8 cm de gelée. Hey, ça va se briser comme du gâteau. J’essaie la pelle, woups, ça va prendre un peu plus d’huile de bras! Quelques coups de masse pour traverser la zone endurcie. Je parviens finalement à sortir une bonne motte de racines que j’apporte à la chaleur.

40 cm de neige dans la clôture végétale de lin.

Une fois dégelée, je lave les racines et je les place dans un linge humide question de voir comment et dans combien de temps elles vont redémarrer. Je saurai au moins si notre blé d’hiver était bien vivant avant la pluie. En attendant, ben… j’attends que ça passe. Je me croise les doigts pour ne pas redescendre en bas de -20 oC avant d’avoir au moins reçu quelques centimètres de neige. Après la pluie, je me promets de mesurer l’ampleur de la perte de neige. C’est un peu ça cultiver au pays de l’hiver!

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Articles récents de Paul Caplette

Commentaires