C’est parti mon kiki!

Déjà 30% de notre récolte 2021 en marche

Notre blé d’hiver est bien vert, et ses feuilles sont déjà dressées comme les oreilles d’un chevreuil prêt à déguerpir.

Mardi dernier nous étions encore sur un tapis tout blanc et voilà qu’enfin ça se découvre.  Au fur et à mesure que la neige disparaît on réalise que notre blé d’hiver est bien vert en dessous. Pas seulement vert, il a déjà les feuilles dressées comme les oreilles d’un chevreuil prêt à déguerpir.

On est resté prudent, c’est déjà arrivé de voir un beau champ vert se transformer en citrouille après quelques jours de beaux temps. Mais hier j’y suis retourné faire un tour. Oh, boy! C’est parti mon kiki! Il pousse. Les racines sont blanches, entre 55-60 plants par mètre linéaire, trois talles en moyenne, ce qui devrait nous donner entre 800 à 900 épis assez uniformes par mètre carré.

Impressionnant la masse de racines. photo: Paul Caplette

On observe une grosse différence de développement entre notre semis du 11 septembre versus celui du 25 septembre. J’observe facilement 60% moins de système racinaire pour le semis du 25 septembre versus celui du 11 septembre. J’ai beau me promener un peu partout dans le champ, je ne parviens même pas à trouver une seule zone anémique.  Je crois qu’on a eu un hiver qui pardonne :-)  Tant mieux! Il était temps. Faut dire que je commençais à ressentir la pression de scorer. Nos statistiques de réussite étaient de huit années sur dix. Et voilà qu’on se plante à 100% en 2019 et 65% en 2020. Deux années collées ordinaires. Alors j’aimais me motiver en me disant que la bonne période reviendrait, mais tant qu’elle n’est pas réelle on doute toujours un peu. Ahhh! ça fait du bien. Je ne touche pas à terre. Déjà 30% de notre récolte 2021 en marche.

Bonne population, pratiquement aucune mortalité. Ça promet! photo: Paul Caplette

On se prépare à semer notre couvert végétal de trèfle sur les prochaines gelées. Toujours inquiétant les prochaines périodes de froid qu’on nous annonce. C’est un des avantages de semer le blé assez profondément. Il a beau faire -10 °C en surface si le point de croissance de notre blé est bien enfoui, la plante sera bien protégée. On aurait pu semer un peu plus creux. Notre point de croissance se retrouve à 2,5 cm et autour de 2 cm dans notre autre bloc. Nouveau semoir, nouveaux ajustements à corriger. Je ne suis pas inquiet. Du blé d’hiver avec le feu au derrière, le chignon raide, dont la sève circule à plein régime, ça prend un méchant gel pour tout arrêter ça! L’année idéale pour réussir à atteindre notre objectif de 10 000 kg/ha? Hummm. Ça sent la coupe! Profession agriculteur :-)

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Commentaires