Comme le coach du Canadien!

On ne peut compter seulement sur les années exceptionnelles pour réussir de bonnes performances. On veut un sol travaillant, un sol en forme qui nous permettra de passer plus facilement les années plus compliquées à gérer. Un sol « tough » qui veut gagner autant que nous. Pour y arriver, on doit appliquer un processus d’exécution simple. Un processus qui nous facilitera la tâche pour rendre le système de culture encore plus performant année après année. Ainsi, on obtiendra de meilleures récoltes avec idéalement le moins d’intrants possible.

Observer, planifier, élaborer une vision à long terme, faire de légers ajustements, comprendre et connaître notre sol, patienter. Intervenir au bon moment, avec le bon équipement et le bon objectif. Faire des essais aux champs, mesurer les résultats et évaluer leur impact à long terme.

2016 fut vraiment une année exceptionnelle. Une saison qui pourrait camoufler facilement le manque de rigueur dans le processus d’exécution des tâches aux champs. On a quand même réussi à battre notre record de rendement de maïs-grain d’environ 4 %, malgré de légères imperfections observées en cours de saison. Rien de spectaculaire, mais on constate qu’on progresse lentement, mais sûrement vers nos objectifs de performance.

On a déjà un œil sur les solutions. On élabore quelques ajustements pour améliorer la situation, mettre plus de chances de notre côté et ainsi se surpasser.

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Articles récents de Paul Caplette

Commentaires