Fini les semences?

Fini la croyance que faire des cultures, c’est 40 jours le printemps et 40 jours l’automne. Oui, on veut finir pour s’assurer d’entrer dans la date optimale de performance, mais au-delà de la date, on doit tout de même respecter les conditions du sol. Avez-vous remarqué qu’on se questionne souvent sur la fin des semis des cultures les plus populaires comme si les autres cultures n’existaient pas? Le blé, les haricots, les pois verts, les radis, les cornichons, les choux… J’imagine qu’il n’y a pas de date butoir pour ces cultures ou peut-être qu’elles ne touchent pas à notre imaginaire collectif.

J’ai souvenir de quelques années où mon frère et moi étions très soulagés d’avoir fini. Ah oui, l’étape des semis est finie, mais dans quelles conditions? À l’automne, on a eu notre réponse. C’est qui le coupable? Dame météo ou nous qui voulions absolument respecter le calendrier en passant par-dessus les signes que nous donnait le sol? Mai 2017 : seulement 13 jours sans pluie, dont 3 jours d’affilée seulement sur le sec. Difficile pour les nerfs, mais il faut faire avec.

Encore un avantage pour nous d’avoir des céréales d’hiver et de printemps dans la rotation. Ça nous permet d’étaler les périodes critiques de semences tout en répartissant les travaux sur une plus longue période. On finit par arriver dans les temps, même avec nos équipements plus petits.

NON! On n’a pas fini nos semences. Comme on dit souvent à la blague, on ne fait que commencer! C’est quand même ça notre profession : Agriculteur!

 

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Articles récents de Paul Caplette

Commentaires