Journée paperasse

Nous avons terminé nos semis jeudi dernier, tout juste avant la supposée pluie qu’on attendait vendredi. J’avais déjà en tête de passer à travers d’une foule de documents sur le bureau. Plusieurs documents à remplir pour nos contrats de semence. Des ventes de maïs à confirmer et plusieurs autres détails à planifier.

10 h, toujours pas de pluie… Au diable la paperasse! Je retourne faire du dépistage au champ question de faire des interventions herbicides des plus chirurgicales. Objectif : réduire de 25% nos utilisations de pesticides en 2018. Donc si je veux être un peu plus rusé, je dois accentuer mon dépistage, le documenter et monter une stratégie efficace.

Une belle pluie nous est finalement tombée dessus hier, 20 mm. Je m’imagine notre rendement de blé d’hiver s’apprécier pendant que le CME se déprécie. Les surprises ne sont pas finies sur les marchés à terme, mais je me sens soulagé d’avoir décidé d’attraper mon beau buck au lieu de rêver aux 42 pointes.

Une journée entière à passer à travers la montagne de paperasse : stratégie herbicide, information sur de possibles traitements pour les pois verts, inventaire et mise à jour du plan de commercialisation, planification drainage pour cet automne et document à compléter avec ma conseillère en financement. J’en ai mal aux fesses! Je donne un coup en espérant reprendre le dessus en une demi-journée, question de pouvoir calibrer nos nouveaux jets 30-60 pour une meilleure efficacité de nos applications de fongicides.

Pis Paul, tranquille avec la pluie qui tombe? Disons tranquille pour le côté tracteur, mais le cerveau est à on. Ah oui, j’oubliais qu’il y a encore des gens de Statistique Canada qui nous laissent des messages à répétition de les rappeler. Ils sont ouverts jusqu’à 8h le soir et le week-end. Hey, penses-tu que ça me tente de te jaser le soir ou le week-end? Ce sera pour la prochaine pluie! Je suis agriculteur!

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Articles récents de Paul Caplette

Commentaires