Ligne de temps

L’hiver arrive 30 jours trop tôt!

L’élévateur est gelé! Je sors les mitaines et les outils, je monte pour aller dégager le tambour du haut de l’élévateur.

Soulagé d’avoir terminé la récolte du maïs dimanche, je me disais qu’il ne nous restait plus que le séchage à faire. Bon, il est tombé 15 cm de neige, il n’y a rien là! Mais si on additionne la baisse rapide des températures à -12 oC et à -15 oC. Oh boy! Mon frère me disait aussi que la température allait descendre. Ah! Les météorologues vont nous faire paniquer pour rien.

Tu n’aimes pas mieux faire tourner l’élévateur toute la nuit au cas où? Ça ne sera pas si froid que ça. Je déteste faire tourner l’élévateur à vide, ça prend de l’énergie pour rien. Le lendemain matin, c’était froid, très froid. L’élévateur est gelé! 6h30 du matin, je sors les mitaines et les outils, je monte pour aller dégager le tambour du haut de l’élévateur. Même le couvert de protection est gelé. Cogne, brasse, marteau tournevis, bar de levier… rien à faire, il me manque une torche. Je descends, je reprends les outils, je me dégèle un peu. Je constate que le chauffage du garage ne fonctionne pas. Quelques vérifications et bizarre l’huile ne se rend pas à la fournaise…

On appelle le technicien pour vérifier. Remonte en haut de l’élévateur, je réussis tout juste à démonter le couvert et je commence à décoller les dépôts qui empêchent l’élévateur de démarrer. Le technicien du chauffage arrive et après plusieurs vérifications, on réalise que l’huile est contaminée avec de l’eau. Et de l’eau dans l’huile, ça gèle à 15 oC. Taponne, chauffe et on finit par réussir. Frérot réussit à redémarrer l’élévateur : il est 15 h. Enlève la glace de condensation dans le ventilateur et on redémarre le système de séchage.

On était loin d’être prêt à tomber si rapidement en hiver. Tout est collé, crotté, glissant. Quand notre barre pour décoller les trappes est gelée au sol et que le marteau pour la décoller est figé sur le ciment! Grrr frustrant! Les courroies qui glissent, un moteur électrique qui décide de lâcher à -15o. Même la buvette chauffante de Maki a rendu l’âme. Non, ça ne va pas bien. Tout semble vouloir lâcher en même temps. Ce soir, au diable la planète : les élévateurs vont tourner à vide. Je vais économiser mon énergie! Soyez prudent.

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Commentaires