Ornithologie 101

On a installé des nichoirs pour les oiseaux dans nos bandes riveraines

L’an dernier, on a débuté l’installation de nichoirs pour les oiseaux. Dans ma tête, ça ne semblait pas compliqué. Mais planter des poteaux de 8 pieds en plein mois de septembre quand le sol est sec et bien ferme… ça prend de l’huile de bras!

On pensait se faciliter la tâche en utilisant une tarière motorisée. En fin de compte, il faut la tenir et être capable de la faire descendre. Hey! Suer à grosse goutte pour planter des poteaux pour les « ouéseaux »! Me semble qu’on a autre chose à faire…

Ce printemps, on était bien heureux de constater qu’on avait déjà certains locataires. Avec des ouvertures de 1 1/2 pouces, on peut s’attendre à loger des hirondelles et le merle bleu. Déjà que pour moi, les hirondelles étaient toutes pareilles. Un merle bleu? Frérot dit qu’il pense en avoir vu un tourner autour d’un certain nichoir… Es-tu sûr? Contrairement aux hirondelles, il n’a pas réussi à le prendre en photo.

Nid d’hirondelles.

Aujourd’hui, nous voilà en plein milieu du champ avec un vrai connaisseur des oiseaux. Il m’apprend à vérifier et à nettoyer les nichoirs. Ah ouin? On doit nettoyer chaque année? On ouvre le nichoir et immédiatement, il devine qu’il y a eu une nichée d’hirondelles. Qu’est-ce qui vous dit que ce n’est pas un merle bleu?

Une hirondelle fait son nid avec des brindilles et des plumes. Elle ramasse tout ce qui lui tombe sous le bec. En plus, on pourrait dire que c’est un locataire malpropre. L’intérieur du nichoir est « crotté » sur les murs partout tandis qu’un merle bleu n’utilise que des brindilles.

On arrive finalement au nichoir où Pierrot suspectait avoir observé un merle bleu. Wow! Que des brindilles et un nichoir propreté cinq étoiles. On a réussi! Ça valait bien un peu d’huile de bras. On projette en replanter sur d’autres secteurs de nos bandes riveraines et on discute de stratégie pour favoriser la présence du goglu dans nos champs. On apprend toujours dans notre profession : agriculteur!

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Commentaires