Piloter notre ferme

Ça m’oblige à connaître nos forces, à nommer quels sont nos points faibles et à m’appliquer à les améliorer dans un certain échéancier

Ceux qui me connaissent un peu savent que je suis un grand fan de course automobile. Avec le temps j’ai voulu participer à l’action en m’initiant à la pratique du karting. Après l’excitation du début, on réalise rapidement que les meilleurs pilotes sont ceux qui sont capables de s’adapter à toutes les situations de piste et de toujours  savoir exploiter leur machine au maximum, tout en se démarquant quant à leur ligne de course.

En fait, si je me contente de suivre la ligne de course du compétiteur devant moi il y a de fortes chances que je n’arrive jamais à le dépasser considérant que mes forces sont probablement ailleurs. On peut facilement transposer ce principe sur notre ferme vis-à-vis différents enjeux. Avec le temps, j’ai réalisé que ça ne me servait à rien d’essayer de comprendre les enjeux et les perspectives possibles des prix du marché si de l’autre coté je ne connais pas bien mes coûts de production.  En plus, une fois que je connais mes propres coûts, je dois m’organiser à identifier les endroits où je peux travailler pour atteindre des coûts encore plus bas de la norme générale. C’est un peu comme d’avoir trouvé sa propre ligne de course. Ça m’oblige à connaître nos forces, à nommer quels sont nos points faibles et à m’appliquer à les améliorer dans un certain échéancier afin d’atteindre de meilleures performances. Le marché des grains est excellent. Enfin! J’ai quand même de vieux réflexes qui me titillent en me disant : « pourquoi pas telle dépense? » Ou bien, « tant qu’à y être, on pourrait bien se payer ceci ou cela. » Les marges seront excellentes et ça nous donne un sentiment de soulagement. Comme si on pouvait se permettre de se « lâcher lousse ».  

En fait, c’est comme en course. Quand je sens que ma vitesse est excellente, que je me pointe à l’intérieur du virage au bout de la grande ligne droite, ça gronde, ça va vite, l’adrénaline est au maximum. Voilà qu’à la dernière minute je réalise que j’ai mal évalué ma distance de freinage pour carrément foncer dans les pneus pendant que l’autre pilote poursuit sa route vers la victoire. Apprendre à piloter ma ferme! Profession agriculteur.

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Articles récents de Paul Caplette

Commentaires