Ligne de temps

Quoi de neuf docteur?

C’est fou le nombre de fois que je communique avec ma conseillère, mon représentant ou carrément le docteur directement. Ça se passe tellement vite dans le champ qu’à l’occasion, j’ai besoin d’une précision quelconque ou d’un avis rapide sur une action que j’ai à faire « now ». Pas le temps d’attendre dans une file d’attente ou de prendre un rendez-vous. Par texto, par courriel ou par téléphone… et pour les cas lourds : directement dans le champ au cœur du problème.

On observe, échange et planifie une stratégie. C’est souvent plus qu’une recette, mais bien une approche d’intervention qu’on met en place pour obtenir de bons résultats. Avec les années, on apprend à se connaître. Il connaît notre ferme, nos champs et nos objectifs, qu’on peut maintenant relever ensemble en fonction du potentiel de nos sols. Que ce soit d’atteindre 10 000 kg/ha de blé ou de réduire de 25 % nos herbicides. Plus on travaille en partenariat, meilleurs sont les résultats.

Quand je texte mon docteur et qu’il me répond pendant qu’il est en vacances ou que je parle avec mon représentant à 6 h du matin, ça n’a pas de prix! Pour moi, qu’il y ait à l’occasion une différence de quelques dollars la tonne ou du litre ne pèse pas lourd dans la balance. Même chose avec mon agronome, qui me suit depuis six ans au club agroenvironnemental La Vallière.

Comment ça coûte? 500$ 1000$? Ce n’est rien si je compare au bénéfice que j’en retire. Et si la grosse machine l’occupe trop à faire de la paperasse, on s’organisera bien pour l’engager directement. On réalise que c’est probablement un des meilleurs investissements à faire de s’allier à des personnes compétentes qui peuvent nous supporter sur le terrain. De cette façon, on peut toujours appeler 24/24 et dire quoi de neuf docteur?

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Commentaires