Saison 2020 terminée

En récoltant plus tôt on s’assure d’une qualité plus stable

Bon, bien… avec quatre nuits sur cinq de suite au point de congélation je n’ai pas d’autre choix que de constater que la saison de croissance 2020 est terminée.

Pas de problème pour nos haricots roses, le soya, ni nos couverts végétaux qui sont tellement plein de vie que ça va prendre des nuits plus froides encore pour arrêter leur croissance. Pour le maïs par contre c’est autre chose. Nous sommes en meilleure position que l’an dernier, mais on garde quand même quelques inquiétudes. Quand on prend le temps d’entrer dans le champ on réalise rapidement que les épis ne sont pas uniformes. Avec un gel aussi hâtif, ces fameux épis que j’appelle affectueusement « les niaiseux » vont tirer vers le bas la qualité des grains et probablement tirer le pourcentage d’humidité vers le haut.

C’est quand même des dates de gel exceptionnellement précoces qu’on vient de vivre. Deux années de suite en plus. Ça fait longtemps qu’on n’a pas vécu ça. Je me dis que ce n’est qu’une séquence d’exception. On est bon pour un bout! Euh non. Les modèles météo du futur nous avisent qu’il y en aura de plus en plus souvent. Cause principale : les changements climatiques. Aussi bien s’y habituer et surtout s’adapter à ces nouveaux impondérables. Ça renforce notre idée d’élargir davantage notre système de culture. Pour le maïs on jongle avec l’idée de raccourcir nos UTM dans le but d’éviter des pertes de qualité lors des saisons courtes tout en se donnant la possibilité de laisser plus d’espace à nos couverts végétaux.

En fait, si on récolte plus tôt on s’assure d’une qualité plus stable, une meilleure décomposition des résidus, un meilleur regain des couverts végétaux qui eux protègent et stabilisent le sol, nourrissent les micro- organismes, en plus de le préparer pour les cultures suivantes. Je pourrais me permettre de perdre 400 ou 500 kg/ ha de rendement et en regagner autant sinon plus avec un système mieux ajusté. Je m’imagine récolter du maïs au beau soleil sur un fond vert quand il fait beau et chaud. Pas mal plus inspirant que de récolter du maïs de nuit sur la neige au mois de décembre!  

En fait, ce que j’essaie de vous dire : tout ce que je souhaite c’est de sortir de cette année 2020 avec des pertes financières, sûrement, mais je ne veux surtout pas récolter de nuit dans la neige! Si on réussit ça, ON est OK.

On ferme les livres et on reprend le collier sur de nouvelles bases pour 2021! Profession Agriculteur :-)

 

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Commentaires