Soutien aux agriculteurs

Réduire jusqu’à 60 % les « effets secondaires » de nos pratiques agricoles

Hier, on recevait l’annonce officielle du MAPAQ qui s’engageait financièrement avec nous pour une durée de quatre années supplémentaires dans l’évolution du projet bassin versant de la rivière Pot-au-Beurre.

Wow! Une belle marque de confiance. Un gros wow parce que même si les sujets environnementaux sont d’actualité disons que les enveloppes de soutien et d’accompagnement doivent se mériter, car les budgets sont serrés et bien ciblés. On a déjà deux ans d’activité et plusieurs agriculteurs ont déjà démarré différents projets sur leur ferme. Quatre années supplémentaires de soutien vont nous permette de continuer sur notre lancée et favoriser la contamination par l’exemple de différentes techniques qui peuvent nous permettre de réduire jusqu’à 60 % les « effets secondaires » de nos pratiques agricoles. Inutile de voir le processus comme une contrainte, mais bien comme un beau défi. J’imagine déjà la satisfaction du travail accompli quand arrivera le temps de mesurer la progression de nos performances dans notre propre bassin versant, dans notre propre lac Saint-Pierre. En fait, on connaît tous les outils qui nous permettent d’atteindre nos objectifs. S’agit que l’ensemble des agriculteurs du bassin continu le processus. Ça doit faire partie de notre système de culture, une façon de faire, innovante, gratifiante, ça doit être le fun en plus d’être sexy!

Articles connexes

Pour nous, c’est plus que de recevoir un montant d’argent et de se contenter de regarder passer les balles. Hey! On ne se fera pas «baller». On est prêt, on se concentre sur la balle et on va la frapper la tabarouette de balle. On pourrait même se surprendre nous-mêmes. Elle pourrait se rendre beaucoup plus loin qu’on pense :-) On sera alors fier de notre profession : Agriculteur!

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Commentaires