Ligne de temps

Avez-vous pensé à semer des cultures de couverture?

*Qu’est-ce qu’une culture de couverture? C’est une plante ou un mélange de plantes semé avec la culture principale (intercalaire) ou après la culture principale (à la dérobée) dont le principal objectif est de couvrir et de coloniser le sol avec un système racinaire vivant afin d’en améliorer la biodiversité, la productivité et la santé.

À ce temps-ci de l’année, on parlera davantage de cultures de couverture semées à la dérobée, après une céréale par exemple. Plusieurs espèces peuvent y trouver leur compte. Le radis fourrager (de la famille des crucifères) est très prisé, puisqu’il est facile d’implantation, peu dispendieux, valorise bien l’azote du fumier et aide à décompacter le sol. Le pois fourrager (de la famille des légumineuses) est aussi très intéressant, puisqu’il est rentable, considérant son apport en azote et l’augmentation de rendement qu’il procure à la culture suivante. Sinon, le seigle d’automne (céréale de la famille des graminées), exceptionnellement polyvalent, très rustique, avec son effet allélopathique, semé à l’automne et ensilé au printemps suivant ou détruit chimiquement, où il procurera un excellent lit de semence pour un semis direct de soya.

L’implantation des cultures de couverture s’avère une excellente pratique qui offre plusieurs avantages environnementaux, agronomiques et économiques.

Les avantages environnementaux :

  • Réduction des sédiments que l’on retrouve dans les cours d’eau en gardant les particules de sol aux champs, pour prévenir l’érosion.
  • Réduction du lessivage de 40 à 70 % des nitrates comparé à un sol laissé à nu.
  • Réduction des émissions de CO2 dans l’atmosphère en gardant l’azote dans les tissus et la matière organique. Elles peuvent même augmenter l’entreposage du carbone au sol.

Les avantages agronomiques :

  • Maintient la fertilité du sol puisque la biomasse produite est retournée au sol, ce qui aide à maintenir le niveau de matière organique.
  • Augmente la capacité de rétention en eau en favorisant l’humidité dans le sol comparativement à un sol laissé à nu. Les racines créent des espaces qui retiennent l’eau pour atténuer l’effet d’une sécheresse.
  • Augmente la disponibilité des éléments en réduisant le ratio C/N.
  • Améliore la biodiversité et la santé du sol tout en réduisant les agents pathogènes.

Les avantages économiques :

  • Favorise un apport d’azote par les légumineuses en mélange qui sera rendu disponible pour la culture suivante.
  • Réduction de la pression des mauvaises herbes. Certaines plantes de couverture ont des effets allélopathiques (émission de composés chimiques qui agissent sur le développement de d’autres espèces).
  • Augmentation des rendements des cultures suivantes.

Les cultures de couverture peuvent aussi faciliter l’épandage de lisiers ou de fumiers et augmenter la portance de la machinerie lors de la récolte ou pour des travaux tardifs.

Il existe plusieurs options de plantes ou de mélanges possibles. Mais chaque producteur agricole doit définir les objectifs qu’il souhaite atteindre avec ces cultures, et faire des essais afin de déterminer les espèces qui réussissent le mieux chez lui. Alors allez-y et semez des cultures de couverture puisque vous n’y verrez que des bénéfices et c’est la santé de votre sol qui sera récompensé.

*Texte réalisé en collaboration avec le Conseil québécois des plantes fourragères. Les propos exprimés dans le texte relèvent toutefois de l’auteur et n’engagent pas le CQPF.

 

à propos de l'auteur

Commentaires