Situation des prairies: La luzerne mauve à surveiller !

Les printemps reviennent mais ne se ressemblent pas!  Si j’avais écrit cette chronique deux semaines auparavant, j’aurais probablement pu vous dire que tout était beau, que les prairies étaient d’un vert resplendissant, surtout en Montérégie et à Lanaudière, mais bon. On a enregistré plusieurs nuits en bas de zéro la semaine dernière et des journées quand même proche de 10 0C.  Il y a même certaines régions qui ont reçu de la neige la semaine dernière !  Résultat, plusieurs luzernières qu’on pensait très prometteuses sont devenues quelques peu décevantes.  En effet, à force de puiser dans ses réserves pour repartir pendant le jour mais vouloir entrer en dormance chaque nuit pour se protéger des nuits froides, la luzerne s’est épuisée et n’a plus de réserve dans ses racines.  Elle est alors devenue mauve…  (voir photo). Là, ça devient inquiétant et à surveiller…  car par la suite, le scénario est souvent qu’elle sèche et meurt.

Ce qui est encourageant si on se compare à l’an passé, c’est que les graminées ne semblent pas être touchées et sont vigoureuses.  Le trèfle rouge, qui a été beaucoup utilisé pour les resemis de l’an passé, a très bien survécu. De plus, la tendance montre que ceux qui ont pris seulement trois coupes versus quatre semblent avantagés face à la survie de leur luzerne cette année.  Le portrait général est quand même beaucoup plus positif que l’an passé!

Ce qui est à surveiller sont entre autres les implantations de l’an passé faites avec l’herbe de Soudan.  Les semis de plantes fourragères qui se sont étirés jusqu’à la mi-juin 2019, ont su profiter avec l’herbe de Soudan qui exige des températures chaudes.  Mais les petites plantes fourragères en-dessous n’ont pas eu grand chance de bien s’établir avec cette chaleur et sécheresse.  D’autant plus qu’elle avait de la compétition pour l’eau et les nutriments avec de l’herbe de Soudan au-dessus de la tête.  Les rendements ont été très bons en herbe de Soudan et tant mieux pour ceux qui manquaient de volume en fourrages. Mais aujourd’hui, ces implantations sont vraiment à surveiller…

Maintenant, si on essaie de faire un portrait de quelques régions, voici ce qui se passe :

Montérégie : À plusieurs ronds où la terre est plus froide, on retrouve des luzernes mortes dues aux racines épuisées.  Les dommages sont surtout dans les implantations de l’an passé.  Quelques déchaussement aussi ont été observés dans les sols lourds.

Lanaudière : Portrait similaire à la Montérégie.  Des dommages surtout dans les implantations de l’an passé, autant dans les implantations printanières que celles de l’automne.

Mauricie : Les bourgeons commencent tout juste à sortir.  La gelée printanière semble surtout avoir affecter les plus vieilles prairies jusqu’à présent.

Centre du Québec : Les sursemis ont commencé cette semaine.  Allez voir vos champs!

Estrie : Peu de dommages jusqu’à présent, juste quelques ronds.

Bellechasse et Chaudière-Appalaches : Départ très lent. Il reste encore de la neige dans le bord des fossés et près du bois.  Une grosse semaine de différence avec les régions plus chaudes du Québec, donc trop tôt pour constater s’il y a des dommages.  À suivre la semaine prochaine.

Lac St-Jean : Encore beaucoup de journées froides à venir…À suivre…

Voici maintenant quelques suggestions d’espèces pour des sursemis des parties affectées dans les champs.  L’utilisation d’un semoir avec des disques ou d’un vrai semoir à semis direct est conseillé.

Si on désire conserver le champ encore 2 ou 3 ans  :

-Trèfle rouge pur ou avec fléole (8 à 12 kg\ha selon si semences certifiées, selon le pourcentage de trèfle désiré au champ et selon les dommages).

-Mélange festulolium de type fétuque avec festulolium de type ray-grass (10 kg\ha)

-On peut également ajouter du dactyle tardif à l’une ou l’autre des solutions ci-dessus (3-4 kg\ha)

Une solution juste pour un an :

-Trèfle d’Alexandrie (trèfle annuel avec regain) (10 kg\ha) si on recherche de la protéine

-Ray-grass italien ou westerwold (8 kg\ha) si on recherche du volume rapide

-Mélange trèfle d’Alexandrie (10kg\ha) et ray-grass (4 kg\ha) si on veut du volume et un peu plus de protéines (a fonctionné très bien en 2019 comme solution temporaire).

Pour finir, malgré que certains d’entre vous sont déjà rendus sur leur planteur à maïs, je vous encourage à prendre quelques minutes pour visiter vos champs de luzerne. Il n’est pas trop tard pour améliorer la situation !

*Texte réalisé en collaboration avec le Conseil québécois des plantes fourragères. Les propos exprimés dans le texte relèvent toutefois de l’auteur et n’engagent pas le CQPF.

à propos de l'auteur

Commentaires