La FAO fait ses mises en garde contre La Nina

Les chances de ressentir le phénomène climatique La Nina se précisent de plus en plus selon la Food and Agriculture Organization (FAO) de l’ONU: les possibilités d’en voir les premiers signes vers la fin de l’année se situent dans une marge de 55 à 70%, avec une plus faible marge pour une apparition précoce.

La principale interrogation repose toutefois à savoir quand le phénomène se montrera, puisque les impacts seront différents selon le moment de ses premières manifestations. Si l’occurrence se produit dès juillet, les effets pourraient être notables à partir de septembre pour les récoltes et les cultures de plusieurs pays.

La Nina affecte généralement les mêmes régions que celles de El Nino, avec des effets contraires. Si El Nino signifiait moins de pluie qu’en moyenne à l’automne, ou une augmentation des températures, sa petite sœur se traduira par plus de précipitations et des températures sous les normales.

La FAO rappelle que même si la période de pointe est généralement d’octobre à janvier, les effets du phénomène sur l’agriculture peuvent se produire dans les semaines précédentes ou suivantes.

Selon la carte de l’organisme, ce sont les régions dans l’hémisphère sud qui risquent d’être le plus atteintes. Parmi le continent américain, une zone plus humide est désignée de la pointe de l’Ontario jusqu’aux états de l’Ohio et du Kentucky. Tout le sud des États-Unis pourrait toutefois connaître des conditions sèches de janvier à avril. Le nord du Brésil connaîtrait des conditions humides de juin à mars alors que le temps serait plus sec en Argentine de août à décembre. Quant à l’Australie, les effets pourraient se faire sentir, selon les régions, dès août pour se prolonger en mars.

Les tendances historiques de La Nina, selon les régions. Source: FAO

Les tendances historiques de La Nina, selon les régions.
Source: FAO

Calendrier des périodes durant lesquelles La Nina serait observée, selon les continents. Source: FAO

Calendrier des périodes durant lesquelles La Nina serait observée, selon les continents.
Source: FAO

Quant au Québec et le reste du Canada, aucune zone n’est ciblée quant à de possibles effets sur la météo.

Source: FAO

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires