Quatre méthodes d’échantillonnage de sol

Quatre méthodes permettent aux producteurs d’obtenir le portrait du sol où prendront racine les plantes qu’ils cultivent : la conventionnelle, le push-to-log, l’échantillonnage par zone ou par grille.

Depuis 2002, Sylvain Béliveau, copropriétaire de la Ferme Sytomax de Grand Saint-Esprit, a pris le virage de l’échantillonnage de précision. Ses 1500 acres (607 ha) de terres sont échantillonnées à l’aide de la méthode par grille. Ce type d’échantillonnage permet un meilleur diagnostic de la fertilité des sols.

Le nombre d’échantillons supérieurs de la méthode par grille par rapport aux méthodes conventionnelle et par zone, assure une information plus juste. « Les recommandations de fertilisation et de chaux sont basées sur les résultats des analyses de sol. Selon l’échantillonnage, elles peuvent être basées sur une énorme erreur », croit Jacques Nault, agronome et copropriétaire de Logiag.

La précision des données extraites de l’échantillonnage de sol est proportionnelle au nombre d’échantillons prélevés dans le champ. Un coût est rattaché à l’analyse. Ainsi, plus il y a d’échantillons, plus le prix monte. Généralement, les méthodes conventionnelle et push-to-log sont les moins coûteuses et les moins précises.

Périodes d’échantillonnage

Certaines généralités s’appliquent à l’ensemble des procédés d’échantillonnage des sols. Par exemple, la profondeur recommandée pour l’extraction de carottes de sol est de 17 à 18 centimètres (6-7 pouces).

Étant donné que la période de l’année au cours de laquelle sont prélevés les échantillons influence les résultats, les campagnes d’échantillonnages doivent être effectuées au même moment d’une saison de croissance à l’autre.

« La période d’échantillonnage compte. Si les sols sont échantillonnés à l’automne, lorsque nous les rééchantillonnerons, nous le referons à l’automne », souligne Louise-Marie Cloutier, agronome et responsable des services chez William Houde.

L’échantillonnage des champs doit être répété tous les trois à cinq ans, selon les recommandations véhiculées par Le guide de référence en fertilisation du CRAAQ. Toutefois, Jacques Nault et Louise-Marie Cloutier considèrent qu’il est préférable d’échantillonner les sols à tous les trois ans.

Les quatre méthodes (suite)

à propos de l'auteur

André Dumont's recent articles

Commentaires