Récolter du maïs versé

L’ouragan Irene a laissé sa marque dans plusieurs champs de maïs du Québec, obligeant les producteurs à redoubler d’ingéniosité pour réduire au minimum les pertes. Voici quelques conseils pratiques pour récolter le maïs versé, tirés de documents produits par Mark Hanna, de l’Iowa State University, ainsi que par Dekalb.

Les champs qui présentent beaucoup de verse devraient être récoltés plus tôt, afin d’éviter que le problème ne s’aggrave et pour réduire les risques de pourritures des épis. Vous devriez aussi envisager récolter plus tôt les champs victimes de pourriture de la tige et qui pourraient être endommagés par les forts vents de l’automne.

Voici quelques conseils pour minimiser des pertes lors de la récolte des plants versés avec la moissonneuse-batteuse :

-Utilisez un rabatteur pour mieux diriger les tiges vers le bec cueilleur. Cela pourrait avoir peu d’impact sur les pertes au battage, mais pourrait permettre d’avancer plus vite et de gagner en productivité.
-Récoltez dans l’angle opposé au maïs versé. Toutefois, avant de perdre beaucoup de temps à traverser le champ à répétition le bec cueilleur relevé, évaluez les pertes lorsque vous récoltez aussi dans le même angle que le maïs versé.
-Ajustez au plus bas possible le bec cueilleur, sans ramasser de roches ou de terre.
-Récolter en présence de rosée peut réduire la quantité de résidus.

-Prenez le temps d’effectuer les réglages de la batteuse au champ. Si la vitesse de récolte est très réduite, la quantité de matériel à pénétrer dans la machine l’est aussi. Réduisez alors la vitesse de la soufflerie pour éviter de souffler des grains à l’extérieur et réduisez la vitesse du rotor pour maintenir la qualité du grain.
-Réglez la batteuse de façon à éviter les grains fendus et les particules fines susceptibles d’engendrer des pertes.

Cette année, vous devrez inspecter le grain entreposé plus souvent, soit toutes les une à deux semaines, à l’automne et au printemps, et toutes les deux à quatre semaines, en hiver quand les conditions à l’intérieur du silo se seront stabilisées.

On vous conseille aussi d’abaisser à 13 ou 14 % le taux d’humidité du grain avant l’entreposage et de conserver le grain au frais (2 à 6 ºC) après le séchage. Vérifiez périodiquement la température, l’apparition de points chauds et la présence d’insectes. Au besoin, appliquez des traitements antifongiques au grain.

Commentaires