Ligne de temps

Surveillez la fusariose de l’épi du maïs cet automne

Un automne avec beaucoup de précipitations retarde le séchage du grain, ce qui augmente la sévérité de la maladie.

La fusariose de l’épi est un champignon pathogène. C’est la gibberella zeae qui cause le plus de problèmes. Ce champignon produit des mycotoxines comme la zéaralénone et le DON aussi appelé vomitoxine.

Le champignon survit à l’hiver sur les résidus de maïs et de blé. Les spores produites en cours d’année sont transportées par le vent et par les éclaboussures de pluie.  Elles infecteront le maïs lors de l’apparition des soies. Une autre voie d’infection est par les blessures causées par les insectes ou les oiseaux. Les chances d’infection sont accentuées lors des journées humides avoisinant les 25 degrés Celsius. De plus, un automne avec beaucoup de précipitations retarde le séchage du grain et peut augmenter la sévérité de la maladie.

Articles connexes

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Le Bulletin des agriculteurs's recent articles

Commentaires