Épidémiosurveillance à la fine pointe de la technologie

La Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal à Saint-Hyacinthe dispose de tous nouveaux locaux pour le diagnostic et l’épidémiosurveillance.

Le nouveau complexe est doté d’équipement et de matériel spécialisés, le tout ayant nécessité un investissement public de 51,6 M$. Près de 80 employés du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ) et de la faculté de médecine vétérinaire y travailleront. Leurs travaux serviront notamment le Réseau d’alerte et d’information zoosanitaire (RAIZO).

C’est à cet endroit que seront traités les échantillons en vue d’identifier la présence de diverses maladies animales. « Les travaux qui seront réalisés au Complexe permettront d’optimiser les interventions en matière d’épidémiosurveillance et de prévention des maladies d’origine animale », nous apprend l’Ordre des médecins vétérinaires.

Les locaux ont été inaugurés le 4 juin dernier.

Commentaires