Ligne de temps

Bourdonnement d’activité pour la restauration d’un habitat en Ontario

Le projet implique la restauration d’un champ de 10 acres (4 hectares), propriété de Conservation de la nature Canada (CNC) dans le comté de Norfolk. On y plantera une soixantaine d’espèces végétales indigènes à la région. Ces plantes fleuriront à divers moments au cours de la saison de croissance et pourront ainsi attirer et satisfaire une riche variété de pollinisateurs.

« Les pollinisateurs sont essentiels à la bonne santé des cultures et nous avons un intérêt tout particulier à ce qu’il y ait de vigoureuses populations de pollinisateurs, car ceux-ci sont d’importance cruciale au succès de l’agriculture », déclare Pierre Petelle, vice-président à la chimie à CropLife Canada. « Notre industrie est heureuse de se joindre à CNC pour ce projet qui vise à retourner une propriété à son habitat naturel et à fournir aux pollinisateurs une végétation qui leur est spécialement destinée. Le tout fait partie de notre engagement à appuyer des solutions à long terme qui aideront à garantir une santé robuste aux pollinisateurs. »

Les pollinisateurs se déclinent en une variété de formats. Les plus connus sont les abeilles, les mouches ainsi que les papillons diurnes et nocturnes, mais certains oiseaux, chauves-souris et autres animaux font aussi ce travail vital. Ensemble, ils sont responsables de la pollinisation de plus de 90 % de toutes nos plantes à fleurs. Leur travail quotidien est essentiel à la production de plus d’un milliard de dollars de fruits et légumes produits dans les fermes du Canada. La conservation des pollinisateurs est devenue un élément clé des efforts de conservation de notre biodiversité.

Selon les experts, la fragmentation et la perte des habitats naturels sont deux des principales menaces à la biodiversité. La perte d’habitats est également une des principales menaces à la santé globale des pollinisateurs. Restaurer et reconnecter entre eux des habitats naturels aide à assurer la préservation d’écosystèmes en bonne santé.

Dans une propriété de CNC qui se trouve approximativement à 6 km de ce nouveau site de restauration, un chercheur universitaire qui a examiné les populations de pollinisateurs a trouvé que près de 100 espèces d’abeilles, de même que bien d’autres pollinisateurs, étaient présentes et utilisaient de façon active la propriété quelques années seulement après la restauration.

« Le travail de CNC ne s’arrête pas une fois que la propriété a été sécurisée. Notre équipe scientifique et de gestion responsable de l’environnement met sur pied des plans de gestion des terres pour chacune de nos propriétés, afin de leur assurer un entretien adéquat et une conservation à long terme. Nous construisons des partenariats solides avec des organisations comme CropLife Canada, afin de conserver les terres et la nature de l’Ontario », déclare James Duncan, vice-président régional pour CNC en Ontario.

Cette petite propriété fait partie d’une plus grande mosaïque appartenant à CNC, qui comprend du couvert forestier naturel, des terres récemment retournées à leur habitat naturel et des champs activement exploités à des fins agricoles dans le comté de Norfolk. Cette région englobe une forêt carolinienne rare qui fournit un habitat à des espèces inscrites et rares comme la couleuvre à nez plat, la couleuvre fauve de l’Est, le blaireau d’Amérique et la paruline orangée.

« CropLife Canada et ses membres sont fiers des contributions de leurs produits à la protection de l’environnement, comme l’accroissement des rendements sur des terres déjà en culture de façon à ce que les habitats naturels et la faune qui y vit soient protégés. Nous percevons ce projet comme une occasion importante d’aider à protéger la biodiversité et les pollinisateurs du Canada, notamment l’abeille mellifère, auxquels notre industrie se fie », conclut M. Petelle.

à propos de l'auteur

Commentaires