Pâques tôt, printemps tôt

Malgré les satellites et les connaissances des météorologues Dame Nature est énigmatique et complexe

Pâques fait partie des rares fêtes dont la date est déterminée à partir des cycles lunaires. En fait, la date de la fête de Pâques est déterminée le premier dimanche suivant la première pleine lune de l’équinoxe du printemps. C’est probablement de là que vient le proverbe : « Pâques tôt, printemps tôt. »

On observera donc une certaine tendance de précocité printanière par rapport aux déploiements des astres autour de nous. Cette année, disons que la précocité est assez exceptionnelle. On a réussi à semer du trèfle en VTT sans mitaine, ni habit de Ski-Doo. Jeudi dernier, alors qu’il neigeait à plein ciel, j’hésitais à commander nos premiers fertilisants pour notre blé d’hiver déjà démarré. C’est pas qu’on voulait épandre le fertilisant sur la neige, mais avec les prévisions météo sous le point de congélation la nuit et des prévisions de chaleur pour la semaine suivante, ça nous permettait de croire que c’était le temps de fertiliser pour que tout soit disponible au tout début de la semaine.

Il fallait commander jeudi, car on tombait en congé Pascal pour quatre jours. D’un autre coté, à voir tomber la neige je devais m’assurer d’avoir les conditions parfaites pour effectuer les épandages dans les temps et ne pas me retrouver mardi matin avec une remorque pleine de fertilisant non épandu. On a donc passé une commande raisonnable. Certains croyaient même que c’était un poisson d’avril. Non! Non! Tout est bien vrai. On ne veut pas manquer notre coup. En cours de journée, on a réalisé que les accumulations prévues de 10 à 20 cm seraient plutôt autour de 5 cm. En fin d’après-midi, la neige était pratiquement disparue. Résultat : vendredi matin j’ai pu exécuter les épandages sur du sol portant sans aucun problème avec des pneus propres propres. À 10 heures tout était épandu et je regrettais de ne pas avoir doublé la commande. J’ai alors profité de la situation pour faire un beau test. J’ai coupé mes fertilisations sur deux sections avec deux dates de semis différentes, question de voir les effets. Attention, je n’ai appliqué qu’une toute petite quantité de N + souffre + notre potasse. Les autres fractionnements viendront plus tard, question d’efficacité et de réduction des pertes.

L'épandage est terminé et voilà que les semis de trèfle en VTT reprennent. Après quelques heures d’épandage un drôle de petit bruit augmente avec le temps pour finalement réaliser que notre structure de support est en train de se fissurer. Le temps de ramener l’équipement à l’atelier. Tout démonter et constater les dommages. Euh, une bonne job de soudage pour tout reconstruire. Déçu et en même temps fier d’avoir guessé nos fertilisants et d’avoir déjà plus de trèfle de semé, en comparaison à nos habitudes. Encore la preuve que malgré les satellites et les connaissances des météorologues Dame Nature est énigmatique et complexe et ce sont nos décisions et nos ajustements en mode  just in time directement dans le champ qui nous permettent de réussir. Profession agriculteur! 

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Articles récents de Paul Caplette

Commentaires