180 000 $ à la recherche sur les systèmes culturaux en Nouvelle-Écosse

Truro (Nouvelle-Écosse), 30 août 2001 – Agri-Futures Nova Scotia a annoncé cette semaine qu’il fournirait 180 000 dollars sur une période de quatre ans pour soutenir la recherche sur les systèmes culturaux en Nouvelle-Écosse. Ces projets de recherche sont menés conjointement par East Coast Commodities Inc. et le Nova Scotia Agricultural College.

Cette contribution financière servira à embaucher un technicien et de la main-d’oeuvre supplémentaire pour faciliter la recherche sur les systèmes de cultures. Les sommes proviennent du Fonds canadien d’adaptation et de développement rural (FCADR) d’Agriculture et Agroalimentaire Canada et le conseil d’adaptation de la Nouvelle-Écosse (Agri-Futures Nova Scotia) assure la gestion de ce programme dans cette province.

East Coast Commodities Inc. a déjà établi une chaire de recherche sur les systèmes culturaux au sein du Nova Scotia Agricultural College, dont le titulaire est actuellement le Dr Valtcho Jeliazkov. L’entreprise apportera son soutien aux projets de recherche.

« Nous sommes ravis que le Dr Jeliazkov occupe la chaire sur les systèmes culturaux, a déclaré le président-directeur général d’East Coast Commodities, M. Findlay MacRae. Il y apporte un énorme bagage de connaissances scientifiques et une expertise pratique. »

Le Dr Jeliazkov a mis sur pied des projets pour répondre à des besoins précis de l’industrie. Mentionnons :

  • la mise au point de systèmes rentables et viables de cultures commerciales, mettant à profit des plantes à haute valeur, comme la carotte, le maïs et le soja;
  • l’évaluation du rendement des cultures, de la conservation du sol et de l’utilisation des éléments nutritifs dans des assolements sans labour à base de céréales et de plantes fourragères;
  • la préservation de la qualité du sol, de l’eau et de l’air et, par le fait même, amélioration de la viabilité des principaux systèmes culturaux dans les Maritimes;
  • l’évaluation du potentiel de production de pas moins de 18 cultures différentes pour la mise en valeur de leur teneur en huile aromatique.

« Nous sommes particulièrement emballés par la recherche sur les cultures aromatiques, a mentionné le président d’Agri-Futures Nova Scotia, M. Charles Keddy. Ces plantes pourraient non seulement devenir de nouvelles cultures pour les agriculteurs néo-écossais, mais aussi offrir de nouvelles possibilités de surtransformation pour la collectivité rurale. »

Les huiles extraites des plantes aromatiques entrent dans la fabrication d’aliments de santé et de produits médicinaux. Les cultures qui sont évaluées actuellement comprennent des herbes communes, comme l’aneth, le fenouil et le basilique, mais aussi plusieurs plantes qui seraient nouvelles pour la région.

Créé en 1995, le FCADR, dont le budget annuel est de 60 millions de dollars, est l’initiative lancée par le gouvernement du Canada pour stimuler la croissance, la création d’emplois et la compétitivité à long terme dans l’industrie agricole et agroalimentaire ainsi que dans les régions rurales agricoles. Le FCADR facilite le changement en fournissant au secteur les compétences et les connaissances dont il a besoin pour s’adapter à une nouvelle économie mondiale et pour saisir les opportunités qu’offre le marché. Depuis sa création, en 1997, Agri-Futures Nova Scotia a accordé 2,75 millions de dollars pour des projets, dans le cadre du FCADR.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Nova Scotia Agricultural College

http://www.nsac.ns.ca/

Commentaires