Algues bleu-vert : le gouvernement lance une offensive concertée

Québec (Québec), 4 juin 2007 – Le premier ministre du Québec, Jean Charest, et la ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Line Beauchamp, annoncent un plan d’action concerté visant la protection des lacs et cours d’eau du Québec.

«L’eau est un bien collectif qui appartient à tous les Québécois et àtoutes les Québécoises, une ressource essentielle que l’on doit protéger dansune perspective de développement durable. C’est l’objectif du plan que nousmettons de l’avant aujourd’hui. Ce plan fait appel à tous les citoyens duQuébec que j’invite à des comportements responsables en vue de préserverl’eau, cette ressource vitale», a déclaré le premier ministre Charest.

«La préservation de la qualité de nos lacs et cours d’eau requiert desactions énergiques et concertées et ce, dans un souci de protection de lasanté. Les mesures mises de l’avant dans ce plan permettront aux municipalitésqui seront aux prises avec des épisodes d’algues bleu-vert d’être mieuxoutillées pour faire face à ces évènements. De plus, les citoyennes etcitoyens disposeront d’une information complète et à jour sur la situation deslacs et des rivières affectés en 2007», a déclaré la ministre Beauchamp.

Ce plan d’action, développé de concert avec plusieurs ministères, met àcontribution les municipalités, les organismes de bassins versants, lesconseils régionaux en environnement, les associations de riverains et lescitoyens. Les organismes de bassins versants et les conseils régionaux enenvironnement auront le mandat de préparer et de mettre en oeuvre, avec lemilieu, des actions pour contrer les algues bleu-vert. À cet effet, legouvernement mettra à leur disposition une somme de un million de dollars.

En plus, le gouvernement met en place une ligne téléphonique pourrépondre aux interrogations des citoyens et citoyennes concernant le phénomènedes algues bleu-vert et les restrictions d’usage qui sont associées à leurprésence. Un site Internet permettra aussi d’informer en continu la populationsur l’état des plans d’eau affectés par cette problématique en 2007, et desprécautions à prendre.

En ce qui concerne le soutien aux municipalités, un ensemble de guides debonnes pratiques touchant une meilleure gestion des plans d’eau, lestechnologies de traitement de l’eau potable et les plans d’urgence estdisponible.

«Les coûts d’analyse d’eau potable qui devraient normalement être assuméspar les municipalités, seront entièrement à la charge de mon ministère. J’aipris cette mesure pour être certaine que jamais des questions d’ordrefinancier ne remettent en question la sécurité et la santé des citoyens» aindiqué la ministre Beauchamp.

Un des éléments majeurs de détérioration des lacs est l’absence devégétation dans les bandes riveraines. À cet effet, un vaste programme dereboisement sur trois ans sera mis en place. À terme, ce programme, quiinterpelle l’ensemble des citoyens, permettra de planter 2 200 000 arbres.

Si l’ensemble des nouveaux outils mis à la disposition des municipalitéset une meilleure information aux citoyens sont indispensables, ils n’enlèventpas la nécessité pour chacun et chacune de poser des gestes concrets deprévention. C’est pourquoi la ministre Beauchamp a lancé une invitation forteà l’ensemble de la population, afin qu’elle s’engage en faveur de laprotection des lacs et des rivières du Québec : «J’invite toute la population,et plus particulièrement les riverains et villégiateurs, à adhérer à la chartedes lacs, un engagement à mettre concrètement l’épaule à la roue de laprotection des plans d’eau. En adoptant des comportements responsables, touset chacun, nous parviendrons à ralentir ou à prévenir la dégradation de cesplans d’eau», a ajouté la ministre. A cet effet, une campagne desensibilisation des citoyens aux bonnes pratiques sera lancée durant la saisonestivale.

Egalement, le gouvernement financera les municipalités dont les prisesd’eau sont affectées de façon récurrente par des épisodes d’algues bleu-vertafin de garantir à leur population une eau de qualité.

«Par ce plan d’action que nous annonçons aujourd’hui, nous prenons lesmoyens pour mieux intervenir et mieux prévenir. La protection de l’eau est uneresponsabilité collective mais aussi individuelle qui nous appartient et quinous unit. Par-dessus tout, le gouvernement juge essentiel que chacuns’approprie le fait que l’eau est au centre de nos vies et au coeur de notreavenir et de celui de nos enfants», a conclu le premier ministre.

Pour toute information concernant le Plan gouvernemental de protectiondes plans d’eau du Québec ou pour toute interrogation concernant le phénomènede prolifération des algues bleu-vert, consultez le Portail gouvernemental auwww.gouv.qc.ca. Vous pouvez également téléphoner à 1 877 644-4545.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère Développement durable, de l’Environnement et des Parcs du Québec
http://www.menv.gouv.qc.ca

Commentaires