Aménagement des forêts feuillues : resserement de la gestion et des contrôles

Québec (Québec), 12 décembre 2002 – Le ministre des Ressources naturelles du Québec, M. François Gendron, a dévoilé un plan d’action visant à resserrer la gestion et le contrôle de l’aménagement des forêts feuillues du Québec. Ce plan d’action s’inscrit dans un processus amorcé en 2001.

« Le plan d’action que je présente aujourd’hui nous donnera des outils
supplémentaires pour resserrer la gestion et le contrôle de l’aménagement et

la mise en valeur des forêts feuillues », a déclaré le ministre Gendron. « Les
données que nous avons obtenues dans le cadre de nos suivis ont permis de
déceler des problèmes dans certaines régions. Nous devions donc agir pour
assurer la pérennité de la ressource. Le plan s’inscrit dans notre politique
d’amélioration continue par l’intégration immédiate des nouvelles
connaissances à nos politiques d’aménagement.

Depuis le début des années 1990, la foresterie québécoise s’est tournée
vers la coupe de jardinage dans les forêts de feuillus, une méthode de coupe
qui permet de choisir des arbres individuellement pour la récolte, en visant
l’amélioration de la qualité des arbres laissés sur pied. A la suite de

l’instauration généralisée de cette méthode de coupe, le Ministère s’est doté,
en 1995, de suivis scientifiques lui permettant de mesurer les effets réels de
la coupe de jardinage.

« Actuellement, 43 % des résultats de suivi (2 ans de résultats sur 5 ans)
ont été obtenus et le reste devrait être complété d’ici 2004. Les premiers
résultats, soit des mesures effectuées cinq ans après la coupe, montrent d’une
part que le jardinage donne les rendements prévus lorsque appliqué selon les
règles de l’art. D’autre part, ces mêmes résultats démontrent que les
rendements d’une portion des forêts feuillues traitées par jardinage depuis
1995 atteignent pour l’instant 40 % des rendements anticipés par le Ministère.
Au cours des prochains mois, nous serons en mesure d’apprécier l’impact de ces
constats sur la possibilité forestière des unités d’aménagement concernées.

Les données recueillies sont suffisamment significatives pour affirmer que des
correctifs doivent être apportés pour obtenir le rendement prévu, et cela même
si les travaux de suivi ne sont pas complétés », a souligné le ministre.

Le Ministère dispose également d’informations qui lui permettent
d’expliquer en partie cet écart. Celui-ci serait principalement attribuable à
un taux élevé de mortalité des arbres provoqué par l’exécution des travaux
d’aménagement et des difficultés d’interprétation des normes, ainsi qu’au
manque de formation de travailleurs et à des travaux non conformes exécutés
par certains industriels. A cet effet, le Ministère signale une hausse
significative des refus de l’octroi des crédits pour des travaux de jardinage
non conformes. En 2000-2001, c’est 32 % des travaux qui ont été refusés.

« Le plan d’action que je dépose aujourd’hui met en place 16 mesures qui
corrigeront la situation. Il favorise une approche intégrée en cinq volets qui
touche le développement des connaissances, la formation des travailleurs,
l’exécution du martelage, le contrôle de la réalisation des travaux et la
transformation des bois », a précisé le ministre.

Volet 1 : Développement des connaissances
1- Faire le portrait, en 2003, de l’état des forêts feuillues traitées
par coupes de jardinage depuis 1990.
2- En 2003, réévaluer les rendements des forêts jardinées depuis 1990.
3- Evaluer en 2003 l’impact économique de l’exploitation faite dans les
forêts feuillues depuis 1990.
4- Améliorer, pour 2004, les méthodes de planification dans les forêts
feuillues, afin d’y réaliser les traitements sylvicoles les plus
appropriés, entre autres en précisant les forêts « aptes au jardinage »
et en élargissant la gamme de scénarios sylvicoles alternatifs en
forêt feuillue.
5- Poursuivre la réalisation d’études scientifiques pour tout nouveau
traitement sylvicole avant leur introduction dans les pratiques
courantes.
6- Pour 2003, mesurer l’impact de la mécanisation des coupes partielles
sur les peuplements feuillus.
7- Documenter en 2003 la possibilité d’introduire un âge optimal de
récolte des essences forestières composant la forêt feuillue en
fonction de critères sylvicoles, écologiques, pathologiques et
économiques.
8- Intégrer la problématique d’aménagement des forêts feuillues à la
réalisation des prochains plans généraux d’aménagement forestier et
ajuster en conséquence les calculs de possibilité forestière.

Volet 2 : Formation des travailleurs
9- Elaborer des cours de formation spécialisés, dès 2003, en
collaboration avec les organismes d’enseignement reconnus, à
l’intention des marteleurs, des abatteurs, des « débusqueurs » et des
tronçonneurs.
10- Mettre en place un programme d’accréditation des marteleurs en 2003.

Volet 3 : Exécution du martelage
11- Vérifier l’utilisation opérationnelle d’un nouveau système de
classification des arbres selon leurs défauts pathologiques, en vue
de récolter principalement les arbres en perdition.
12- Concevoir en 2003 un guide d’interprétation des défauts et autres
signes indicateurs de carie des arbres.
13- Implanter, en 2003, le nouveau système de classification des arbres
selon l’évolution des défauts.

Volet 4 : Contrôle
14- Mettre en place, pour 2003, des mesures coercitives et des sanctions
pénales plus sévères, afin de dissuader les mauvaises pratiques
forestières qui compromettent le rendement des travaux prévus dans
les forêts feuillues.
15- Valoriser, au moment de la prolongation des CAAF, les bonnes
pratiques de jardinage en tenant compte de la performance
environnementale et forestière des industriels forestiers.

Volet 5 : Transformation du bois
16. Utiliser le maximum de la valeur des bois que la forêt feuillue peut
produire lors des étapes de transformation. Il s’agit donc de :

  • réaliser un tronçonnage optimal des bois récoltés lors du test opérationnel du nouveau système de classification des arbres selon l’évolution des défauts;
  • développer, d’ici 2005, un logiciel de tronçonnage optimisé des tiges feuillues pour extraire le maximum de qualité des billots;
  • développer des nouveaux marchés pour les bois de trituration issus des coupes de jardinage.

« Nous croyons fermement que ces mesures – qui interviennent à toutes les
étapes du processus – permettront de rendre les travaux conformes aux normes
reconnues dans l’aménagement des forêts feuillues. Le plan d’action constitue
une nouvelle étape dans la réévaluation constante de la gestion forestière qui
nous permettra d’assurer la gestion durable de nos forêts », de conclure le
ministre Gendron.

Le Plan d’action et le Rapport sur les effets réels des coupes de
jardinage dans les forêts publiques du Québec en 1995 et 1996 sont disponibles
sur le site Internet du ministère des Ressources naturelles, à l’adresse :
http://www.mrn.gouv.qc.ca/coupes-de-jardinage/index.jsp

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère des Ressources Naturelles du Québec

http://www.mrn.gouv.qc.ca/

Commentaires