Appui au projet d’effarouchement de la Grande oie des neiges

Québec, le 17 avril 2000 – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, monsieur Rémy Trudel, et le ministre des Transports, ministre délégué aux Affaires autochtones et ministre responsable de la Faune et des Parcs, monsieur Guy Chevrette, ont annoncé une aide financière totalisant 48 000 $ au projet d’effarouchement de la Grande oie des neiges, présenté par l’Union des producteurs agricoles (UPA).







Ce projet vise à prévenir les dommages causés aux récoltes par les oies pendant la migration printanière.


Ce projet vise à prévenir les dommages causés aux récoltes par les oies pendant la migration printanière. Le projet se déroulera du 1er avril au 25 mai, sur le territoire de neuf fédérations régionales de l’UPA. Rappelons que le troupeau d’oies des neiges croît actuellement au rythme de 8 % par année, ce qui accentue de façon importante les risques de dommages aux récoltes. « L’effarouchement doit être considéré comme une action complémentaire à la chasse de conservation printanière, laquelle demeure le principal moyen pour stabiliser la population de la Grande oie des neiges », a souligné monsieur Chevrette.

Le ministre Trudel s’est réjoui de la qualité du projet « L’expérience des dernières années indique que l’effarouchement actif peut être un moyen efficace de limiter les dommages et, par conséquent, les indemnités versées en vertu du programme d’assurance-récolte », a-t-il indiqué. L’effarouchement sera coordonné avec la chasse de conservation, qui se tiendra pour la deuxième année consécutive.

Le projet permettra d’amasser, encore cette année, des données afin de mieux évaluer l’efficacité des mesures d’effarouchement en regard d’autres méthodes de prévention et, éventuellement, permettre la mise en place d’un programme intégré d’indemnisation-prévention.

La contribution du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation au projet est de 30 000 $ et celle de la Société de la faune et des parcs du Québec, de 18 000 $.

Le ministre Trudel a dit espérer que le gouvernement fédéral assume sa part de financement au projet. Selon monsieur Trudel, la contribution du gouvernement fédéral devrait suivre le ratio 60/40, soit la part respective de chacun des gouvernements dans le domaine de la sécurité du revenu agricole.

Enfin, le ministre Chevrette a rappelé qu’il a accordé une subvention de 5000 $ à la Fédération québécoise de la faune pour faciliter l’accès aux terres agricoles, en identifiant sur le terrain, les propriétaires qui sont favorables à la chasse de conservation. De plus, dans la perspective de doubler le taux de récolte par les chasseurs sportifs, la Société de la faune et des parcs du Québec a publié, de concert avec ses partenaires, dont l’UPA, un dépliant sur une technique de chasse permettant d’améliorer les prélèvements d’oies en milieu agricole.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Société de la faune et des parcs du Québec

http://www.fapaq.gouv.qc.ca

Union des producteurs agricoles (UPA)

http://www.upa.qc.ca/

Commentaires